Après le bon temps passé dans la charmante ville de Luang Prabang, nous commençons notre descente vers le sud du Laos par deux étapes ; les roches karstiques de Vang Vieng et la capitale du pays, Vientiane.

Sincèrement, ces deux étapes ne sont pas parmi les plus marquantes de notre voyage. Nous savions toutefois à quoi nous attendre, les retours sur Internet étaient assez proches de la réalité.

Vang Vieng, au pays des roches karstiques

La ville de Vang Vieng en elle-même n’a pas de charme, c’est surtout un endroit où les gens viennent faire du tubing sur la rivière et boire des buckets de whisky. Il y a énormément d’agences mais elles proposent toutes les mêmes tours à base de kayak, « tubing » (se laisser porter par le courant de la rivière assis dans une grosse bouée) et exploration de grotte, tout ça dans la même journée ! Ça ne nous tente pas vraiment.

Ne trouvant pas notre bonheur, nous décidons de louer deux scooters pour explorer les environs. Quentin ne se sentant pas de conduire un scooter, je me lance vaillamment ! Guidée par Vincent, désormais pilote senior, je prends mes marques petit à petit, non sans une chute au deuxième virage. J’ai bien failli atterrir la tête la première dans l’étal de viande (et de mouches) d’une dame du marché ! Je m’en sors avec une simple écorchure au genou (et de bonnes courbatures le lendemain). Je remonte aussi sec sur ma monture ! Je n’allais tellement pas vite que je n’ai pas vraiment eu peur…

À quelques kilomètres de Vang Vieng, nous tombons sur une sorte de kermesse ! Le village est en effervescence. Nous nous joignons quelques minutes à un rassemblement d’hommes en train d’assister à des combats de coqs. C’est assez étonnant et plutôt lent, nous ne restons pas assez longtemps pour connaître les vainqueurs !

Les fameux « blue lagoons » se révèlent tout à fait décevants. Nous voyons le numéro trois depuis la « réception » (où il faut payer), il s’agit en fait d’une sorte d’étang vaguement bleu où les gens viennent passer l’après-midi. Nous nous attentions à un truc plus naturel, moins aménagé et plus impressionnant. S’il avait fait beau, j’aurais peut-être pu me laisser tenter par un petit plouf mais le ciel est bien gris (comme pendant tout notre séjour)…

Quentin se laissant finalement tenter par la conduite du scooter, nous faisons toute la boucle. Une bonne partie est constituée de piste, heureusement la route est plate. En chemin, nous tombons sur deux allemands en buggy en panne sèche. Âmes charitables que nous sommes, nous les aidons à se sortir de ce mauvais pas !

Tout au long de la balade, nous faisons quelques pauses pour admirer les roches karstiques disséminées dans le paysage. C’est très joli, dommage que la météo ne soit pas de notre côté ! Le ciel est gris et on a même le droit à une petite pluie de temps à autre. Finalement, cette balade permet plus à Quentin et moi de piloter un scooter qu’autre chose.

Le lendemain, Quentin et Vincent se motivent pour monter en haut d’un rocher karstique pour atteindre le Pha Ngeun Peak. Courbaturée suite à la journée de scooter et pas motivée par le mauvais temps. je choisis de me reposer.

Le sommet étant à 4 kilomètres de la ville, ils s’y rendent à pied. Le temps est lourd et le chemin escarpé, avec notamment des roches glissantes. À la fin du sentier, il est nécessaire de s’aider de cordes installées sur les roches… Pas le chemin le plus simple de notre voyage en somme. La vue est tout de même époustouflante ! Ils reviennent tous les deux bien transpirants à notre auberge 😅

En bref, les paysages environnants Vang Vieng sont très beaux mais il est préférable d’avoir son propre moyen de transport pour les découvrir. Le mauvais temps ne nous a malheureusement pas aidé à apprécier pleinement les paysages, entre les roches karstiques assez sombres et les gros nuages, l’ambiance était un peu pesante pour nous.

Dans le même style, nous avons préféré découvrir les environs de Hpa-An (en Birmanie) en scooter, ils nous ont semblé plus authentiques. Vang Vieng offre plus d’activités si vous aimez le kayak, le tubing et les explorations de grotte en groupe de jeunes (nous, on est déjà des vieux cons 😂).

Informations pratiques

Venir à Vang Vieng depuis Luang Prabang : de nombreuses agences en centre ville proposent des mini-vans à 120k KIP / personne (pick-up à votre hôtel compris). La route est défoncée mais le trajet est relativement rapide (pour le Laos).

Où manger à Vang Vieng ? Nous avons trouvé notre QG en face des « Molina Bungalows », les plats n’étaient pas chers et bons. Le « Green restaurant » sert aussi de bonnes pizzas.

Ticket pour le Pha Ngeun Peak : 10k KIP / personne.

Location de scooter : 50k KIP à la journée (de 7h à 20h) pour un automatique. Les manuels sont moins chers. Il y a de nombreux loueurs en ville, nous en avons surtout cherché un qui accepte une carte d’identité en caution (impensable pour nous de laisser notre précieux passeport).

Vientiane, une capitale qui n’en a pas l’air

Notre départ de Vang Vieng est un peu compliqué puisqu’on nous a oublié : le tuk-tuk censé nous amener à la station de bus n’est jamais venu nous chercher ! Nous partons donc avec 1h30 de retard. Quentin en oublie son sandwich sur le banc devant l’auberge… Dans notre malheur, le terminus du mini-van (au Lao National Museum) est à quelques mètres seulement de notre hôtel. Mauvais départ mais arrivée pas trop mal !

Nous venons à Vientiane pour deux raisons principales : obtenir nos visas pour le Cambodge et dire au revoir à Quentin qui repart pour la France. Nous en profitons tout de même pour nous balader dans la capitale laotienne avant son départ !

Nous prenons une demi-journée pour découvrir ses principaux points touristiques. Nous visitons notamment deux temples, dont le Wat Sisaket avec un joli cloître empli de centaines de Bouddha. Vincent apprécie la présence (pour une fois !) de panneaux explicatifs ! C’est vrai que c’est agréable d’en savoir plus sur le lieu qui est intéressant.

Vientiane est pleine de grandes artères de circulation où il est parfois difficile de s’imposer en tant que piétons. En dehors de cet aspect, il est difficile de croire que nous sommes dans la capitale du pays ; la ville est assez calme, nous ne voyons pas de hauts buildings… On est loin de l’effervescence de Yangon par exemple !

Comme à Luang Prabang, nous apprécions les petits cafés et boulangeries et parcourons le night market, celui-ci est bien plus fréquenté par les locaux que dans les villes précédentes. On y trouve surtout des vêtements (les habits féminins sont minuscules, je ne risque pas d’acheter grand chose…) et des stands de téléphonie.

Nous prenons également le temps d’aller découvrir le Bouddha Park à une vingtaine de kilomètres de la ville. Sincèrement, Vincent et moi sommes déçus. L’endroit est bien plus petit que ce à quoi nous nous attendions, nous faisons bien vite le tour ! Je pense que cette visite est sympa si ce sont vos premiers jours au Laos (voire en Asie du Sud Est), sinon l’intérêt est limité.

Informations pratiques

Venir à Vientiane depuis Vang Vieng : 40k KIP / personne en nous rendant à la station de bus (contre 50k dans les agences et guesthouses).

Où manger et boire un verre à Vientiane ? Nous sommes retournés au Earth Bar où le mojito est à 15k KIP (1,5€) de 5 à 7h. Le restaurant indien Nazim, dans la même rue, propose de bons plats végétariens (ça change un peu des noodles).

Où prendre une pause goûter ? À Under the tree, évidemment ! La déco de cet endroit est trop mignonne et la patronne parle super bien anglais. C’est clairement un peu cher mais mon brownie était top.

Aller au Bouddha Park : le bus 14 part de la station centrale (CBS 2), à proximité du centre commercial « Vientiane Center », toutes les 15min environ et coûte 8000 KIP / personne (aller). L’entrée coûte le prix abusif de 15k KIP / personne.

Globalement, ce séjour à Vientiane nous permet de nous reposer un peu après ces quelques jours avec Quentin et avant de retrouver nos amis du Kirghizistan, Romain et Valérie Robin et Virginie.

Faire son visa pour le Cambodge à Vientiane

Ayant lu de nombreux retours sur la corruption à la frontière Laos / Cambodge (entres autres joyeusetés, le visa facturé 35$ au lieu de 30…), nous choisissons de faire nos visas à l’ambassade.

  • Procurez vous 30$. Attention, les banques n’échangent pas vos kips contre des dollars (seulement l’inverse), il faut se rendre à un bureau de change. Il y en a plusieurs à proximité du « morning market ». Nous avons demandé ; il est possible de faire le change à l’ambassade directement mais à un taux vraiment nul.
  • Se rendre à l’ambassade entre 8 et 11h avec une photo d’identité (le site annonce deux photos mais on nous en a demandé une seule) et la photocopie de son passeport. Pour un tuk-tuk depuis le « morning market », comptez maximum 25k KIP.
  • Remplissez le formulaire fourni sur place (dans notre cas, en discutant voyage avec un américain en même temps). On nous a ensuite donné un ticket nous indiquant de revenir le lendemain à 16h (il est toutefois indiqué sur place que votre demande peut prendre jusqu’à 3 jours ouvrés).
  • Retournez à pied au centre ville en longeant le Mékong pendant 45 minutes environ (ou en prenant un tuk-tuk ça marche aussi !).

2 réponses sur “De Vang Vieng à Vientiane”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *