Après avoir découvert la capitale du Laos, nous avons rendez-vous avec Virginie et Robin, nos amis rencontrés au début de notre voyage. Pour fêter ces retrouvailles tant attendues, nous parcourons ensemble la boucle du plateau des Bolovens en voiture. Si vous aimez les cascades, la végétation dense et les petits villages, cette boucle est clairement le paradis !

Un passage rapide à Thakhek

Depuis Vientiane, nous rejoignons Thakhek lors d’un interminable trajet en bus. En soi, le bus n’est pas inconfortable mais le chauffeur ne fait aucun arrêt « pipi » pendant les six premières heures… Ce n’est pourtant pas faute de s’arrêter toutes les 10 minutes pour embarquer des colis ou des passagers, y compris lorsqu’il n’y a plus de sièges disponibles (pas de soucis, on installe alors des tabourets en plastique dans l’allée centrale) ! Je vis un véritable calvaire jusqu’à la délivrance 1 heure avant l’arrivée à Thakhek.

Nous envisagions initialement de faire la boucle de Thakhek. Comme pour la Mae Hong Son Loop en Thaïlande, nous étions un peu frileux pour nous lancer dans plusieurs centaines de kilomètres en scoot (même si Vincent gère vraiment bien maintenant). Virginie et Robin, qui n’en ont jamais conduit (ou presque), étaient encore moins chauds ! Toutefois, la location de voiture s’avère compliquée.

Il n’y a pas de « loueurs officiels », nous avons donc le choix entre une voiture avec chauffeur très chère (et louée par un type antipathique au possible) ou une voiture plus abordable mais sans véritable contrat (et des commentaires TripAdvisor peu encourageant quant à la bonne foi du loueur). Nous décidons donc de ne pas prolonger notre séjour sur place et de nous rendre directement à Paksé où nous trouvons une agence Avis.

Il n’y a rien de spécial à faire à Thakhek. Nous profitons alors d’une journée tranquille pour fêter nos retrouvailles avec Robin et Virginie, glandouiller dans l’hôtel le plus propre depuis notre arrivée au Laos et profiter d’un petit massage lao. La dure vie de backpackers en somme !

Informations pratiques

Venir à Thakhek depuis Vientiane : comptez minimum 80k KIP / personne (pick up à votre hôtel inclus). De nombreuses agences et guesthouses en centre ville vendent les billets. Il faut rajouter le prix d’un tuk-tuk pour se rendre de la gare routière au centre de Thakhek. En nous entassant à 11 étrangers (et tous nos sacs !), nous avons payé 10k KIP / personne.

Où dormir à Thakhek ?  Le Inthira Thakhek Hotel est clairement plus cher que nos précédents logements au Laos mais nous avons cédé avec joie à l’appel d’une chambre propre et jolie. Dommage que certaines chambres aient uniquement une fenêtre donnant à l’intérieur du bâtiment…

Où manger à Thakhek ? La pizzeria Patalaï, tenue par Sandrine une française habitant au Laos depuis plusieurs années, propose d’excellentes pizzas. J’ai aussi mangé un bon gâteau au chocolat au DD Bistrot & Café. Pas très local j’en conviens mais après plusieurs mois de riz, il faut nous pardonner !

La boucle du plateau des Bolovens en voiture

La plupart des touristes font cette boucle au départ de Paksé en moto. Mais comme expliqué précédemment, ça ne nous emballait pas plus que ça. Nous optons donc pour la bonne vieille location de voiture et nous voilà au volant de notre pick-up pour 5 jours.

D’après certains blogs pourtant récents (2017), une partie de la grand boucle du plateau des Bolovens est une piste ; ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous n’avons roulé que sur de la route goudronnée et globalement en bon état. C’est une autre histoire dès que vous sortez de la route principale pour rejoindre les cascades et autres points d’intérêts (mais ce sont des courts trajets). Rien d’insurmontable donc !

Nous n’avons rien réservé avant le départ et nous nous rendons directement dans les guesthouses en fin de journée en essayant d’être raisonnables (la location de la voiture nous a mis sur la paille !).

Informations pratiques

Où dormir à Paksé ? Pour un petit budget, l’auberge Soutchai est bien (et propose un petit-déjeuner basique, même si ce n’est pas indiqué en ligne). Si vous avez un budget plus souple, êtes motorisé et avez envie de profiter d’une piscine, le PhuBachiang Golf & Resort Paksé est vraiment sympa (nous avons profité du même tarif sur place que sur Agoda).

Où manger à Paksé ? Si vous voyagez depuis plusieurs mois, Virginie et Robin vous conseilleront très chaleureusement le Sésé pour sa planche de fromages et son paté ! La ville dispose aussi d’une boulangerie française mais, malgré plusieurs tentatives, nous avons toujours trouvé porte close…

Louer une voiture à Paksé : nous avons effectué une réservation en ligne chez Avis via le site rental-cars. Cette agence ne proposait que des pick-ups (la route est en bon état, ce n’est pas du tout nécessaire). Nous avons pris le moins cher mais ce n’est pas donné ; comptez environ 340€ pour 5 jours (avec l’assurance). Il vaut clairement mieux être quatre !

Jour #1 : de Paksé à Tad Lo

Le temps de récupérer notre bolide, nous quittons Paksé assez tardivement à 11 heures passées. Nous n’aurons donc pas le temps de faire beaucoup d’arrêts en cette première journée mais Robin est ravi de conduire un pick-up et nous partons dans la joie et la bonne humeur, impatients de découvrir les paysages du Laos !

Cascade Tad Vang Yang : ★★★☆☆

Ce premier arrêt sur la boucle n’a rien d’extraordinaire (on peut à peine parler de cascade, ce sont plutôt des petits rapides) mais il nous permet de découvrir un petit coin verdoyant très sympa. Nous y voyons deux locaux dans l’eau ; le premier pêche et le deuxième nettoie sa moto (oui, directement dans la rivière) ! Nous admirons ce paysage quelques minutes avant de continuer notre route.

Cascade Phasouam : ★★★☆☆

À cet endroit, nous nous baladons en suivant les différents sentiers et découvrons plusieurs cascades, dont une nous rappelle le Québec. C’est très joli mais de nombreux bâtiments sont en construction, difficile de prédire à quoi ressemblera l’endroit dans quelques mois…

Ticket d’entrée pour la cascade Phasouam : 10k KIP / personne et 5k KIP pour le parking de la voiture.

Tout au long de cette première journée de route, nous admirons les magnifiques arbres bordant la route, la couleur ocre de la terre ainsi que les petits villages où nous avons à chaque fois envie de nous arrêter. Les locaux semblent surpris et amusés de voir quatre occidentaux conduire un pick-up, ils sont surement plus habitués aux motos !

En fin d’après-midi, nous doublons de nombreux tracteurs chargés à ras-bord de manioc et voyons de nombreux jeunes jouer au foot. Nous passons la fin de journée au village de Tad Lo à observer le soleil se coucher sur la rivière depuis notre petit balcon.

Informations pratiques

Où dormir à Tad Lo ? Il y a plusieurs petites guesthouses pour toutes les bourses (chambre double à partir de 30k KIP, soit environ 3€ !). Nous avons privilégié une chambre avec salle de bain privée et vue sur la cascade (on ne se refuse rien !) à la Syphaserth Guesthouse pour 80k KIP.

Où manger à Tad Lo ? Nous avons testé les burgers végétariens de chez Fandee Guesthouse, il ne faut pas être pressés (ni être surpris par les confusions dans le service) mais ils étaient délicieux. Pour le petit-déjeuner, nous sommes allés au HoneyBee Café, c’était bon mais un peu cher.

Jour #2 : de Tad Lo à Sekong

Cascade Tad Lo : ★★★★★

Pour commencer cette deuxième journée, nous partons à pied de notre hôtel pour admirer la cascade de Tad Lo. Nous sommes enchantés, l’endroit est très mignon et nous sommes les seuls touristes. Nous voyons une dame pêcher à l’aide d’une nasse tressée, elle est fière de montrer aux garçons les petits poissons qu’elle attrape. Plus loin, un homme pêche perché en haut de la cascade, on se demande s’il arrive à attraper quoique ce soit. En tout cas, je suis vraiment charmée par l’endroit !

Panorama à la cascade Tad Soung : ★★★★☆

Nous reprenons cette fois la voiture pour aller admirer le panorama en haut de la cascade Tad Soung. Un escalier nous conduit rapidement en haut de cette cascade (haute de 90m environ), c’est impressionnant. Virginie et moi ne nous approchons évidemment pas du bord ! Nous admirons le paysage s’étendant à perte de vue.

Le parking est payant. Comptez 5k KIP pour un scooter et 10k KIP pour une voiture.

Mai Savanh Lao, Silk and Tea Factory : ★★★☆☆

Nous nous rendons ensuite dans une ferme qui produit du poivre, du thé, des noix péruviennes (Sacha Inchi ou Noix des Incas) et initie des familles locales à la culture des vers à soie afin de leur fournir un revenu supplémentaire.

Le concept est original : on nous remet un petit classeur, il faut suivre un sentier avec des balises numérotées et le classeur contient des informations pour chaque balise (culture du poivre, du thé, etc.). Franchement, le côté « chasse au trésor » dans la plantation nous plaît bien ! On apprend même quelques trucs au passage. Pour ne rien gâcher, c’est gratuit.

La ville de Sekong n’offre pas une étape incroyable, soyons honnêtes. Les différents logements que nous avons visité n’étaient pas très propres et ne donnaient pas vraiment envie.

Où petit-déjeuner à Sekong ? La Xekong Bakery vend du pain et quelques petites viennoiseries.

Jour #3 : de Sekong à Tad Tayicsua

Cascade Tad Faek : ★★★★☆

Nous avions souhaité dormir ici la veille mais n’avons pas trouvé de guesthouse, uniquement des tentes au P&S Garden. Nous revenons donc de bon matin découvrir ce coin. Là encore, nous sommes seuls sur place !

À proximité de cette cascade, nous voyons les « restes » d’une sorte de camping. Nous ne savons pas très bien si l’endroit est encore en activité ou abandonné… L’atmosphère est un peu étrange, c’est le seul point « négatif » de cette petite balade. L’endroit est vraiment charmant !

Tout se prête à la baignade ce matin-là (il fait super chaud dès 9 heures et l’eau est calme et transparente) mais il semblerait qu’un touriste se soit récemment fait grignoter un petit bout de doigt par un poisson à cet endroit. J’avoue être complétement dubitative quant à cette info mais bon, dans le doute… 😉

Le parking est payant, comptez 10k KIP pour une voiture.

Cascades Tad Tayicsua (cascades 4 et 5) : ★★★★★

Suivant les conseils glanés sur internet et auprès des autres voyageurs, nous ne nous arrêtons pas à la cascade Tad Nam Tok Katamtok (ou Tad Xeratam, c’est pratique tous ces noms pour un même endroit !). Il semblerait que des touristes se fassent menacer par des personnes armées de machette et voler leurs scooters. La rumeur parle également d’un touriste agressé à coup de bambou récemment. La partie de la route aux abords de cette cascade est tout de même magnifique !

Nous arrivons donc en fin de matinée à proximité des cascades Tayicsua et découvrons plusieurs bungalows posés là au milieu de nulle part. Après une petite hésitation en raison du prix (nous sommes en période budgétaire tendue avec Vincent suite à la location du pick-up), nous prenons deux bungalows pour la nuit.

À proximité, il y a sept cascades mais la balade complète est semble t-il impossible en une journée. Nous profitons de l’après-midi pour en découvrir une magnifique (la numéro 4 sur l’image) et pour aller nous baigner un peu plus loin, dans ce qui s’apparente plus à des petits rapides qu’à une cascade (numéro 5). L’eau n’est pas chaude mais c’est vraiment un bel endroit, l’eau est calme et c’est plat, idéal pour un petit plouf !

C’est très beau et la balade semble plus difficile qu’elle ne l’est. En partant de la guesthouse, nous descendons de nombreuses « marches de terre » dans la forêt, je m’attendais à une remontée éprouvante mais finalement ça passe ! Il vaut tout de même mieux avoir de bonnes chaussures.

Nous passons donc la nuit sur place et sommes réveillés de bonne heure par les oies de la guesthouse, qui hurlent comme des psychopathes dès 5 heures du matin !

Loger à la cascade Tad Tayicsua :

  • Deux bungalows pour deux personnes à 150k KIP / nuit avec salle de bain privée (le prix d’entrée aux cascades et un café ou un thé sont compris).
  • Dans le même genre, un bungalow pour trois à 200k KIP / nuit (la terrasse a la meilleure vue).
  • Une chambre double à 100k KIP (mais la cloison qui la sépare du dortoir ne va pas jusqu’au plafond, vous profitez donc de tous les bruits du dortoir).
  • Lits en dortoir à 50k KIP / lit.

En vérité, nous avons vu des bungalows qui semblaient très biens à la Tadiew Guesthouse (à seulement quelques kilomètres de là) et en regardant sur Internet, ils semblent coûter 80k KIP / nuit pour deux. Je vous conseillerais donc plutôt de tenter votre chance là-bas !

Jour #4 : de Tad Tayicsua à Paksé

Cascades Tad Tayicsua (cascade 1) : ★★☆☆☆

Nous profitons de notre dernière matinée sur place pour nous rendre à une dernière cascade (numéro 1), très facile d’accès mais aussi moins impressionnante.

En vérité, nous essuyons d’abord un petit échec en voulant descendre admirer la gigantesque cascade (numéro 2) que l’on aperçoit depuis le jardin de la guesthouse ! Le chemin laisse rapidement place à des échelles. Nous descendons la première avec Robin et Vincent mais voyant les suivantes, nous n’avons pas le courage de continuer et préférons rebrousser chemin.

Sur le chemin vers Paksong, nous nous arrêtons un peu par hasard à la Tadiew Guesthouse et suivons des petits pontons en bois qui longent l’eau. C’est paisible et super bien aménagé mais il n’y a pas un chat !

Cascade Tad Champi : ★★★☆☆

Cette cascade fait partie des quatre cascades payantes (et plus touristiques) situées entre Paksé et Paksong. Elles sont toutes accessibles à la journée depuis Paksé, idéales pour celles et ceux qui ne souhaiteraient pas faire toute la boucle.

Nous découvrons celle-ci un peu par hasard alors que nous cherchons à visiter une plantation de café ! C’est un bon endroit pour se baigner, même si nous passons notre tour pour cette fois, ayant décidé de nous rendre ensuite dans un resort avec piscine 😂

Comptez 5k KIP / personne et la même somme pour le parking de la voiture. Il y a un petit restaurant en haut de la cascade.

Nous rejoignons donc en milieu d’après-midi le PhuBachiang Golf & Resort Paksé que nous avons repéré pour sa piscine. L’endroit est vraiment chouette, entouré de verdure, et il y a même un toboggan dans la piscine pour le plus grand plaisir des garçons ! Nous profitons donc d’une fin de journée plutôt tranquille avant de nous séparer pour le dîner, Robin et Virginie ne résistant pas à l’appel d’une nouvelle planche de fromages chez Sésé !

Une journée bonus à Champasak

Nous profitons d’avoir notre super pick-up pour nous rendre jusqu’à Champasak, au sud de Paksé. Nous venons principalement pour visiter le temple Vat Phou mais finalement nous regrettons de ne pas rester un peu plus à Champasak. La ville (et encore, parler de ville me semble excessif vu la taille réduite de l’endroit) se révèle calme et paisible avec de petites guesthouses installées en bordure du Mékong, parfait pour passer deux journées au calme ! Nous sommes sous le charme.

Le Vat Phou est un temple hindouiste construit par les khmers. De nos jours, il s’agit d’un sanctuaire bouddhiste. Le Vat Phou est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La visite est sympa mais pas non plus exceptionnelle, ce n’est pas un immanquable à mes yeux.

Nous rencontrons Baptiste et Julie, deux belges en galère avec leur carte bleue refusée par le seul ATM de Champasak. Nous finissons par dîner tous ensemble avant d’assister à un spectacle du théâtre d’ombres de Champasak. Il s’agit d’un groupe de musiciens et marionnettistes qui tentent de préserver une ancienne tradition locale, consistant en une adaptation humoristique des aventures du Ramayana (vous savez, la fameuse épopée mythologique hindoue dont on vous parlait dans notre article sur Luang Prabang). Franchement, l’idée est intéressante mais la réalisation nous a tous laissé perplexes (impossible de suivre l’histoire tant les explications sont confuses…) ! C’est dommage.

Informations pratiques

Où loger à Champasak ? Après quelques visites, nous optons pour la Anouxa Guesthouse dont les espaces extérieurs au bord du Mékong nous ont charmé. Il y a des chambres doubles basiques (avec salle de bain privée) pour 60k KIP (100k si vous utilisez la climatisation) et des bungalows un peu plus spacieux pour 120k (après négociation).

Où manger à Champasak ? Nous avons testé et validé le restaurant « Champasak with love » pour profiter de sa belle terrasse avec vue sur le Mékong.

Ticket d’entrée au Vat Phou : 50k KIP / personne (incluant le petit musée et le transport en voiture électrique au sein du site).

Spectacle du théâtre d’ombres : 50k KIP / personne.

Nous n’avons pas eu le temps de les tester mais la ville de Champasak propose plusieurs petites balades pour découvrir les environs, ça a l’air très sympa (vous pouvez trouver les circuits et les indications au musée du Vat Phou).

Les paysages du plateau des Bolovens sont vraiment splendides : entre les arbres majestueux au bord de la route et les cascades tous les kilomètres, ça valait la peine d’y passer 4 jours ! Nous avons également apprécié le fait de traverser de nombreux villages et d’avoir ainsi un aperçu de la vie des locaux dans ce coin du Laos. On ne va pas se mentir, faire la boucle du plateau des Bolovens en voiture est aussi beaucoup plus confortable qu’en scooter !

Nous retournons ensuite à Paksé pour rendre notre compagnon à quatre roues, surnommé « Supe », et prendre un bus local en direction des 4000 îles où nous prévoyons quelques jours de farniente pour Noël !

Notre vidéo du plateau des Bolovens en voiture

Une réponse sur “Le plateau des Bolovens en voiture : road-trip dans le sud du Laos”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.