Comme la plupart des tourdumondistes, nous avons choisi de partir munis de nos fidèles (et sûrement trop lourds) sacs à dos. Mais lors de la préparation de notre voyage au long cours, je n’ai pas réellement trouvé d’articles ou de témoignages correspondant à ma façon de planifier le voyage.

Tu ne planifieras point !

J’ai l’impression que la plupart des gens ont soit la flemme de prévoir ce qu’ils vont faire, soit le besoin de n’avoir rien prévu pour avoir le sentiment de partir à l’aventure. Je comprends parfaitement ces deux points de vue, notamment l’envie de liberté et de flexibilité !

Mais la plupart des témoignages que j’ai pu lire tendent à imposer ce mode de voyage « sans contrainte » comme le seul à être valable. J’ai ainsi lu à de nombreuses reprises des conseils tels que « Ne réservez surtout pas vos nuits, ça va être frustrant ! » ou autre « Voyager, c’est laisser place à l’imprévu. ». Je ne suis que rarement, voire jamais, tombée sur d’autres alternatives.

Je trouve ça dommage, d’autant plus que ça peut décourager des personnes de se lancer. Pour certains, partir sans avoir aucun plan est bien plus stressant que de changer d’idée une fois sur place, parce qu’on a rencontré Jean-Jacques qui nous a parlé de tel lac magnifique !

En fait, ce que je veux dire dans cet article c’est que ce n’est pas parce que tu n’es pas l’archétype du backpacker tourdumondiste que tu ne peux pas organiser un tour du monde (ou un voyage au long cours) qui te convienne ! À chacun sa formule ! Je ne comprends pas cette tendance selon laquelle un « vrai voyage » est un voyage sans planification, ni réservation.

Parfois, je trouve agréable et reposant de suivre un plan établi (par moi-même, selon mes propres goûts) sans avoir à décider où je vais aller demain, ni à trouver où je vais dormir. Ça  ne nous a pas empêché, au Kirghizistan, de faire du stop et de rencontrer de charmants locaux qui nous emmènent découvrir des cascades de façon totalement imprévue ! La spontanéité et l’improvisation restent de mise si l’on en a envie.

Lors de mes recherches pré-voyage, je suis tout de même tombée sur ce couple qui ont, eux, fait le choix d’absolument tout réserver à l’avance ; les cinq mois de leur voyage étaient prêts avant le départ ! Je ne me vois pas faire ça non plus mais ça m’a rassuré de trouver un exemple différent.

Et nous alors, comment on fait ?

Personnellement, j’aime me renseigner et me projeter, c’est là que débute mon voyage ! Je rêve et je m’évade grâce à cette préparation. J’adore lire des blogs de voyage et suivre les voyages des gens sur Instagram.

À l’inverse, une fois sur place, je n’ai pas envie de devoir me démener pour trouver comment me déplacer, où dormir, que faire. J’ai la flemme ! J’ai envie de me poser, de bouquiner, de prendre une douche, ou que sais-je encore. Et j’avoue, je n’ai pas envie de faire 3 fois le tour de chaque bled avec mon sac sur le dos pour trouver un logement disponible et dans mon budget. Une fois de temps en temps, avec plaisir, tous les soirs, non.

Heureusement, Vincent est plutôt l’opposé ! Il a du mal à se projeter avant le départ et me laisse relativement carte blanche. Mais une fois sur place, il est le premier à ouvrir notre guide de voyage, à se renseigner sur Internet et réfléchir à nos occupations du jour.

Pour notre préparation, nous avons donc choisi une sorte d’entre deux, pas de page blanche à écrire au fur et à mesure mais pas non plus d’organisation chronométrée au jour prêt. J’ai cherché des exemples de personnes ayant voyagé ainsi mais je n’ai pas vraiment trouvé (si vous en connaissez, ça m’intéresse) !

Globalement, nous avons décidé de manière définitive des pays où nous nous rendrons, avons fixé les dates (en fonction de « contraintes » géographiques, météorologiques et des durées de visa) et avons acheté nos billets d’avion en avance. Cela nous a notamment permis de bénéficier de prix intéressants. Toutefois, en Asie du Sud Est, nous passons une partie des frontières de manière terrestre et restons donc flexibles pour ces pays !

Pour certains pays, nous n’avons rien organisé, rien prévu, rien réservé. Ce qui ne m’a pas empêché de me renseigner sur ce qui avait l’air intéressant dans le pays et de repérer quelques coins ! 😉 C’est le cas du Kirghizistan, du Laos et du Vietnam principalement.

Pour d’autres, nous avons prévu notre circuit à l’avance afin de ne pas avoir à nous en préoccuper une fois sur place. C’était le cas de nos deux premières (et courtes) étapes en Serbie et à Istanbul mais aussi du Sri Lanka et de la Birmanie.

Nous réservons la plupart de nos logements sur Booking où la réservation est souvent annulable jusqu’à 24h avant l’arrivée, nous pouvons donc encore nous permettre de changer nos plans. Planifier n’empêche pas d’être spontanés ! C’est d’ailleurs ce que nous avons fait au Sri Lanka, grâce aux retours de nos amis partis là-bas quelques semaines avant nous.

Enfin, pour certains pays nous avons prévu une partie seulement du séjour. Par exemple, notre amie Noémie nous rejoint dans le Sud de la Thaïlande où nous serons en pleine saison touristique, nous avons donc décidé d’un circuit pour les quelques jours que nous passerons ensemble et réservé les billets d’avion et les nuits correspondantes.

De même, nous sommes retournés à Bali car nous avions manqué de temps pour visiter le Nord de l’île la première fois, nous avions donc déjà réservé un appartement dans ce coin. Par contre, il nous restait plusieurs jours avant de reprendre notre avion. C’est sur place que nous avons décidé de faire l’ascension du Kawah Ijen et de visiter Nusa Penida.

Nous ne réservons jamais d’excursions à l’avance et ne nous sommes pas vraiment renseignés sur les transports entre chaque ville (à l’exception des passages de frontières terrestres). Mais je suis fort contente d’avoir réservé à l’avance quelques logements un peu cool (avec des piscines, pour donner un exemple tout à fait au hasard 😅) où je sais que je pourrais me relaxer dans X jours, sans pour autant exploser notre budget.

On est sur les routes depuis plusieurs mois déjà et, pour le moment, ce système nous convient bien. Et c’est bien ça, le plus important. Chacun doit trouver l’organisation (ou la non-organisation) qui lui convient le mieux !

5 réponses sur “Faut-il planifier son tour du monde (ou son voyage au long cours) ?”

  1. Hello
    Je partage tout à fait ton point de vue.
    Nous préparons notre TDM avec nos deux kids, et avons décidé des pays et achet un billet tour du monde.
    Sans avoir réservé toutes les nuits d’hôtel, j’ai déjà lu plein de blog et fait mon propre choix dans les incontournables ou autres bons plans pour faire des excursions (quel prestataire est recommandé et autres visites à ne pas manquer), cela me permettra de plus profiter sur place.
    Comme toi je suis énormément de voyageurs au tour du monde, et que quand je lis nous n’avons pas pu visité Santiago car nous devions préparer le reste du voyage, et bien je ne m’y retrouve pas. Je préfère très nettement y passer bcp de temps avant et avoir du temps libre une fois sur place, afin de me concentrer sur le voyage et le plaisir de vivre cette expérience à 4.

    1. Bonjour Lydie et merci pour ton commentaire !
      Je suis contente (et un peu rassurée) de voir que je ne suis pas la seule à fonctionner ainsi 😉 J’imagine qu’avec des enfants, un minimum d’organisation préalable est sûrement rassurant !
      Je vous souhaite à tous les quatre un super TDM en tout cas, c’est tellement chouette de partir en famille ainsi !

  2. Merci pour la mention et sympa l’article ! Effectivement, on a eu besoin de tout planifié et franchement, c’est une méthode qui nous a parfaitement convenue. Après chacun doit faire comme il le sent. Pour certains, le confort c’est la liberté et pour d’autres c’est de savoir où il mettra les pieds à l’avance ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *