Après près d’un mois au Vietnam, nous sommes de retour en Thaïlande. Comme nous l’avions fait pour la Mae Hong Son Loop il y a quelques mois, nous louons une voiture dans le but de découvrir la région du parc national Sam Roi Yot, à quelques heures au sud de Bangkok.

C’est donc au volant de notre gigantesque pick-up de location, rebaptisé « le tank », que nous partons en direction du centre du pays. Au niveau de Phetchaburi, nous sortons de la voie rapide pour nous approcher de la côte et longer la mer.

Nous explorons les environs un peu au hasard, cette zone n’étant pas vraiment sur le « chemin classique » des backpackers. Nous disposons de la voiture pendant 6 jours et avons pour unique objectif concret de découvrir le parc national Sam Roi Yot.

Nous prenons donc le temps de nous perdre sur les petites routes et nous octroyons également une journée de farniente à la piscine de l’un de nos hôtels. Au total, nous faisons une boucle d’environ 650 kilomètres passant notamment par les stations balnéaires de Cha-Am et Hua Hin.

Aux alentours de Cha-Am : villages de pêcheurs et plages

En nous approchant de Cha-Am, nous traversons quelques villages de pécheurs. Les bateaux sont tous peints de couleurs vives et les proues sont agrémentées de tissus et de fleurs, l’ensemble est très gai.

Nous poursuivons notre route, nous arrêtant de temps à autre : sur une petite plage déserte, pour découvrir un curieux temple-bateau, devant un étang empli de beaux lotus blancs… Le plaisir de faire un road-trip est de retour !

Nous arrivons en fin d’après-midi vers Cha-Am et, après plusieurs échecs auprès de resorts trop onéreux, nous nous arrêtons dans un hôtel coloré. La manageur nous conseille finalement de réserver sur Booking car la chambre y est moins chère. Nous trouvons que ce coin de Thaïlande n’est pas donné, sûrement en raison de sa proximité avec Bangkok. Bonne surprise : l’hôtel possède une piscine ! Nous en profitons pour nous rafraichir après les quelques heures de route.

Le soir venu, nous trouvons l’ambiance à Cha-Am assez étrange, nous sommes même un peu mal à l’aise. Les quelques occidentaux que nous croisons sont des hommes âgés en compagnie de locales bien plus jeunes… Même si ces « pratiques » sont très répandues en Thaïlande, nous n’y avions pas été confronté jusqu’à présent.

Le lendemain, nous reprenons la route pour nous rendre à notre hôtel pour les 4 prochains jours. Celui-ci est situé juste au nord du parc national Sam Roi Yot. Si la grande station balnéaire du coin, Hua-Hin, ne nous attire pas particulièrement, nous profitons de la plage au sud de la ville pour une pause déjeuner tardive. Nous cédons rapidement à la tentation et nous baignons un petit moment.

Non loin de notre hôtel, nous découvrons également une grande plage appréciée des kite-surfeurs ainsi qu’un joli point de vue au sommet de la montagne Khao Kalok. Le panneau devant lequel nous nous garons pas hasard indiquait bien 150m de montée mais ne précisait pas qu’il faudrait presque faire de l’escalade sur la roche, la vue se mérite !

Informations pratiques

Où loger à Cha-Am ? Pour environ 18€ la nuit, nous avons disposé d’une grande chambre au Chaamaran Resort, situé juste en face de la plage et doté d’une piscine. Dommage qu’il n’y ait pas de petit-déjeuner !

Une journée dans le parc national Sam Roi Yot

La grotte de Phraya Nakhon

Nous commençons notre journée par la découverte de la grotte de Phraya Nakhon. Pour s’y rendre, il faut dans un premier temps rejoindre la plage de Bang Pu qui se trouve derrière une petit péninsule. Pour cela, deux choix s’offrent à nous. Le premier consiste à prendre un bateau pour relier les deux plages (environ 10 minutes pour 200 THB par personne). Le deuxième consiste à marcher en montant la colline qui les sépare. Vincent me fait remarquer que nous avons déjà dépassé le budget… Nous marcherons donc !

L’homme au guichet ne donne pourtant pas envie de faire cette première partie à pied ! Il nous indique qu’il faudra marcher 2km et que cela prendra environ 2 heures… Au final, nous mettons seulement 30 minutes et admirons de belles vues dégagées sur la mer en contrebas.

Nous découvrons une jolie plage bordée de palmiers où se nichent quelques bungalows. Nous pouvons maintenant commencer la montée jusqu’à la grotte. Celle-ci est bien plus ardue que la précédente, surtout sous la chaleur écrasante thaïlandaise (oui, oui même à 9h du matin). Et pourtant même les personnes ayant payé le bateau sont obligées de la parcourir à pied !

Sur le chemin nous croisons plus de singes que de touristes. Nous sommes plutôt tranquilles ! Une fois arrivés en haut, nous descendons dans la grotte pour observer de gigantesques ouvertures dans le plafond ; elles apportent une telle luminosité qu’une végétation luxuriante pousse dans la grotte. Après quelques pas nous voilà en face du fameux temple ! Nous sommes arrivés un peu tôt (vers 10h) et nous attendons que le soleil éclaire le temple de ses rayons. Si ce petit temple n’est pas le plus beau que nous ayons pu voir pendant le voyage, les rayons du soleil et sa sur-élévation le rendent magique pendant quelques minutes.

Ravis par cette découverte matinale, nous revenons ensuite sur la plage en contrebas et en profitons pour pique-niquer et nous baigner. On conclut cette balade en beauté !

Belvédère de Khao Daeng

Je n’ai pas le temps de me remettre de mes efforts du matin que Vincent nous conduit à la prochaine ascension. On ne chôme pas aujourd’hui ! Nous nous trompons légèrement de chemin et tombons ainsi sur l’impressionnant temple Wat Khao Daeng au pied d’une falaise. Les locaux semblent sur le point de célébrer un événement, la musique est à fond !

Cette fois le chemin est bien pentu et physique ! Je suis sur les rotules, c’est trop pour une même journée, surtout avec la chaleur. Une fois arrivés en haut, une vue à 360° s’offre à nous et nous dévoile le golf de Thaïlande et les basins d’élevage d’un côté, ainsi que les montages du parc national de l’autre. Nous restons un petit moment à admirer la vue d’en haut.

Balade sur pilotis au cœur des roseaux

Nous suivons les panneaux bleus indiquant « Bueng Bua » et terminons cette journée par une balade sur une promenade sur pilotis d’environ 1 kilomètre au milieu des roseaux et au pied des montagnes.

Malheureusement, la fin du chemin est fermée pour cause de réparation (il faut dire que les pontons sont en bois). Il est aussi possible de faire un tour en bateau sur l’étang, c’est sûrement très sympa mais, encore une fois, notre budget n’est pas extensible à l’infini 😅

Je suis totalement conquise par cet endroit, le paysage est magnifique. En cette fin de journée, le soleil ajoute une jolie lumière orangée au tableau, c’est idéal ! Nous voyons aussi de jolis lotus roses et un bel oiseau coloré entre les roseaux. Au risque de me répéter, cet endroit est vraiment très beau et l’ambiance apaisante.

Informations pratiques

Ticket d’entrée : le prix d’entrée du parc est de 200 THB par personne. Il permet d’accéder à plusieurs sites. En une journée, nous avons pu en faire trois mais il aurait été plus agréable de disposer de deux jours (il faut alors payer deux fois). À Bueng Bua, les bateliers nous ont dit que l’entrée est gratuite à partir de 16h, à vérifier !

Où dormir ? Nous avons résidé au Palm Pran Resort, un hôtel plus cher que dans nos habitudes (environ 27€ la nuit, petit-déjeuner inclus, après négociation). Le bungalow, les espaces extérieurs au calme et la piscine nous ont séduit. Seul bémol sur le petit déjeuner qui manquait d’une touche occidentale à notre goût.

Comment s’y rendre ? Nous avons loué une voiture depuis l’aéroport de Don Mueang de Bangkok pour nous faciliter les déplacement une fois sur place. Nous sommes passés par Budget, comptez environ 20€ / jour (réservation en ligne). Il est possible de prendre un train jusqu’à Hua-Hin et de louer un scooter ensuite. Si vous comptez sur un taxi à la journée, cela risque de vous revenir assez cher.

Les mangroves à proximité de Hua Hin

Sur le chemin du retour vers Bangkok, nous nous arrêtons deux fois pour découvrir des sentiers aménagés au cœur des mangroves : le Sirinart Rajini Mangrove Ecosystem Learning Center et le Pranburi Forest Park. Si les deux permettent d’admirer des paysages similaires ; le premier a des panneaux explicatifs beaucoup plus fournis (y compris en anglais) alors que le deuxième est plus photogénique (mais les explications ne sont qu’en thaï). Pour nous, il s’agit de courtes balades, sympathiques mais pas incontournables.

C’est l’occasion pour nous de comprendre que les bassins que nous avons observé dans la région ces derniers jours servent pour l’élevage de crevettes. Une partie de la mangrove, pourtant vraie source de nourriture pour de nombreux locaux (crabes, poissons, etc), a ainsi été détruite au profit de ces fermes. Le bois des mangroves est utilisé comme combustible et l’écorce est infusée et utilisée pour soigner les maux de ventre.

Ces visites sont gratuites.

Le marché flottant de Damnoen Saduak

Dernier arrêt de notre road-trip, nous décidons de découvrir l’un des marchés flottants en périphérie de Bangkok. Nous avions lu sur Internet que c’était assez touristique mais ayant passé notre dernière nuit à proximité et ayant le temps avant de rendre la voiture, nous décidons d’y jeter un œil malgré tout !

Il s’agit en fait de quelques canaux sur lesquels se mélangent des bateaux de touristes et des bateaux vendant de la nourriture. Nous nous contentons de déambuler sur les quais, sans chercher à faire un tour en bateau (très onéreux me semble-t-il). C’est assez incroyable de voir les thaïlandaises préparer à manger sur ces petites barques mais il est vrai que l’endroit n’a plus rien d’authentique. Les quais sont bondés de petits magasins de souvenirs à destination des touristes.

Clairement, c’est une visite sympathique pour nous qui passons à côté mais je ne recommanderai en aucun cas de faire tout le trajet depuis Bangkok exprès… D’autant plus que nous observons des embouteillages de bateaux sur l’un des canaux, ça ne me semble pas être une balade très agréable.

Prix du parking : 20 baths / voiture sans limite de temps.

Le mot de la fin

Exception faite du marché flottant, cette région est beaucoup moins touristique que la région nord du pays, du moins parmi les touristes occidentaux. Nous nous sommes retrouvés, pour notre bonheur, principalement avec des locaux ou d’autres asiatiques en vacances (à l’occasion de la fête de Têt, c’est-à-dire le nouvel an chinois).

Nous avons apprécié ce petit road-trip qui nous a permis de découvrir une nouvelle facette de la Thaïlande ; des villages de pêcheurs, de longues plages prisées des kite-surfeurs et un parc naturel préservé. Ce road-trip me paraît idéal pour passer quelques jours (quatre peuvent suffire) au départ de Bangkok !

Une réponse sur “Road-trip en Thaïlande : de Bangkok au parc national Sam Roi Yot”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *