La fin de notre long voyage approche malheureusement à toute vitesse. Nous nous mettons donc en mode « vacances » et nous dirigeons vers les îles thaïlandaises de Koh Mook et Koh Ngai pour nous reposer, profiter des plages et du soleil, faire un peu de snorkelling, etc. Nous retrouvons notre amie Noémie à Bangkok afin de prendre l’avion pour la ville de Trang.

Pour être honnête, il y a tellement d’îles en Thaïlande que ce n’est pas simple de choisir où se poser : Koh Phi Phi, Koh Samui, Koh Phangan, Koh Lipe… C’est sans fin ! En recherchant des îles réputées comme calmes et préservées avant notre départ, nous étions tombés sur les îles Trang. Il est temps d’aller voir ça de nos propres yeux !

Informations pratiques

Attention, les îles Trang sont isolées. Vous n’y trouverez pas d’ATM (distributeurs de billets) et seulement des supérettes minuscules. Les prix sont également supérieurs aux tarifs thaïlandais habituels. Prévoyez en conséquence (à refaire, nous aurions prévu un stock de bananes et de gâteaux sec 😅).

Koh Mook et la belle plage de Hat Farang

Notre avion arrivant en début de soirée à Trang, nous passons une nuit en ville. Nous n’en voyons pas grand chose si ce n’est le sympathique « night market » où nous dégustons de délicieux brownies (c’est si rare de trouver de bons gâteaux que je me devais de le souligner !). Les touristes n’y sont pas très nombreux mais la nourriture est diversifiée, nous sommes enchantés.

De bon matin, nous rejoignons l’île de Koh Mook. Le trajet en bateau nous en met déjà plein les yeux ; nous quittons un petit port où sont amarrés des bateaux colorés et naviguons dans une sorte de canal avant de découvrir la couleur incroyable de l’eau. La traversée n’est pas très longue et le bateau nous dépose au village. En effet, Koh Mook est l’une des rares îles du coin à être habitée.

Nous passons deux journées sur l’île et, soyons honnêtes, nos activités sur place sont plutôt calmes : se baigner, se prélasser sur le sable, marcher le long de l’eau, lire un livre à l’ombre des arbres, manger un petit pad thaï, admirer le paysage, vérifier que l’eau est assez transparente, s’extasier devant les palmiers, et ainsi de suite !

Le rythme de l’île est calme, ça nous fait du bien. La plage Hat Farang à proximité de notre logement est magnifique ; c’est une belle plage de sable, propre et entourée de verdure (des palmiers 😍). En plus, elle est idéale pour observer le coucher du soleil. Nous y passons du coup la majeure partie de notre temps, à l’exception des repas que nous prenons dans les quelques restaurants abordables le long du chemin menant à la plage. La dure vie de backpackers en somme !

Informations pratiques

Rejoindre Trang depuis l’aéroport : à l’arrivée, nous avons le choix entre une navette à 90 baths ou des taxis (plus de bus publics après 17h). Poussés par les locaux vers la navette, nous nous doutons que le prix n’est pas avantageux et tentons de prendre un taxi. Ceux-ci refusent de nous embarquer, nous renvoyant vers les navettes, alors qu’ils embarquent les thaïs présents. Un peu agacés, nous parvenons à négocier une remise avec la personne des navettes : 70 baths / personne (ce qui est tout de même beaucoup trop pour la distance à parcourir).
Venir à Koh Mook depuis Trang ? Nous avons payé 250 baths / adulte (trajet en van jusqu’au port puis transfert en bateau public) en achetant notre ticket la veille au soir dans l’agence située juste à côté du night market. Ce prix comprenait également un pick-up depuis la jetée jusqu’à notre guesthouse sur l’île (à négocier lors de l’achat, la personne de l’agence appelle votre guesthouse). On peut lire sur Internet que le trajet en bateau public coûte seulement quelques dizaines de baths mais d’après les informations que nous avons glanées au port, il y a désormais un tarif « foreigner » à 100 baths. Des transferts directs depuis l’aéroport sont possibles également.
Où loger à Koh Mook ? Notre bungalow en bamboo, au Mookies Bungalow, était basique mais tout à fait satisfaisant pour 18€ la nuit (ventilo, moustiquaire, frigo, petite terrasse et salle de bain privée). Nous étions un peu proche de l’espace restauration avec le bénéfice de bien capter la WiFi mais les nuisances sonores que cela implique.

La paradisiaque Koh Ngai

Des différentes plages que nous avons eu la chance de découvrir pendant nos sept mois de voyage, c’est bien la plage principale de Koh Ngai qui a notre préférence. C’est l’incarnation même de la plage paradisiaque telle qu’on l’imagine ! Sincèrement, je suis bluffée par la plage principale sur laquelle nous sommes déposés. Le sable est blanc, l’eau est transparente au bord, d’un joli bleu turquoise ensuite puis d’un bleu plus profond au large et, pour compléter ce magnifique tableau, d’impressionnantes roches karstiques surgissent de l’océan. Comment ne pas être captivé ?

Il faut reconnaître que les logements et les services de restauration sur cette île sont au-delà de notre budget habituel (et environ 3 fois plus chers que les tarifs habituels du pays) mais franchement, ça en vaut la peine ! À noter qu’il y a chaque jour des excursions en provenance d’îles voisines (notamment Koh Lanta) ; un moyen alternatif moins onéreux pour découvrir ce petit paradis. Toutefois, tous les bateaux s’arrêtent au même endroit de la plage à la même heure (en fin de matinée), c’est donc bien moins calme que ne l’est réellement l’île.

Sur Koh Ngai, nous sommes un peu plus aventuriers qu’à Koh Mook et décidons de partir à la découverte de l’île de bon matin, avant que les températures ne soient trop élevées. L’île est vraiment toute petite, elle n’est pas habitée (les seules constructions sont des hôtels) et on n’y trouve ni voiture, ni scooter. En fait, il n’y a même pas de route !

Nous empruntons un sentier qui quitte la plage principale derrière le « Tanya Resort » et s’enfonce dans la jungle. En chemin, nous découvrons une première plage puis débouchons sur « Paradise Beach », malgré ce nom qui laisse rêveur je préfère la plage principale. Comme nous sommes à marée basse, ce n’est pas idéal pour se baigner, nous poursuivons donc jusqu’à un belvédère à la pointe de l’île ! Nous ne croisons pas un chat et profitons de jolies vues. Cette petite balade sur l’île nous fait également passer par la plage « poubelle » de Koh Ngai où sont visiblement déversés les déchets de l’océan. Nous sommes loin de la décharge à ciel ouvert de Koh Rong Samloen mais ça reste triste.

Depuis la plage de notre hôtel, nous faisons aussi un peu de snorkelling pour observer les poissons colorés qui se baladent (et les énormes oursins flippants !). Ce n’est pas aussi impressionnant qu’à Nusa Penida (ou que sur la grande barrière de corail où Noémie a eu la chance d’aller) mais c’est tout de même sympa. Comme toujours, je suis une vraie nulle avec mon tuba que j’ai tendance à confondre avec une paille semble-t-il mais nous passons un bon moment à observer l’activité sous-marine.

Informations pratiques

Venir à Koh Ngai depuis Koh Mook ? Il y a plusieurs bateaux par jour, ce n’est pas un problème pour se rendre d’une île à l’autre. Les tarifs sont par contre légèrement excessifs. Comptez 350 baths / personne (pick-up à votre hôtel et dépôt au suivant inclus).
Où loger à Koh Ngai ? Je ne recommande pas particulièrement l’hôtel où nous sommes restés (le Koh Ngai Kaimuk Thong Resort) qui est clairement trop cher pour les prestations. Il y a un camping sur la plage principale avec de grandes tentes, je pense que ça peut être une bonne option pour les petits budgets. Dans une gamme de prix supérieure, les bungalows du Tanya Resort m’ont donné très envie.

Il est temps pour nous de quitter le paradis de Koh Ngai mais nos aventures les îles thaïlandaises ne sont pas finies, nous partons maintenant pour trois jours à Koh Lanta.

Une réponse sur “Les îles Trang en Thaïlande : Koh Mook et Koh Ngai”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *