Après notre découverte du Wadi Bani Khalid, nous avons rendez-vous à Al Wasil pour nous rendre dans notre camp pour la nuit. Objectif ? Découvrir le désert des Wahiba Sands. Nous avions choisi le « Nomadic Desert Camp » pour sa simplicité (pas d’électricité dans les huttes, pas de piscine improbable en plein milieu des dunes) et le fait que tout soit inclus (c’est-à-dire tout ce dont je parle dans cet article).

Notre guide, Amid, est à l’heure indiquée par email et nous n’étions que 5 binômes pour cette soirée. Je pense d’ailleurs que les soirs où le camp est complet, l’expérience doit être moins agréable. La proximité avec le guide et le sentiment d’être tout petit au milieu de rien sont forcément moindres.

Nous formons rapidement notre « caravane » et Vincent peut ainsi tester la conduite dans les dunes. S’il avait un peu d’appréhension au début, en suivant les autres, ça s’est avéré assez simple. C’est assez dingue de se retrouver soudain au milieu de grandes dunes de sable et de suivre un bédouin qui roule à fond dans son 4×4, sans savoir vraiment où nous nous rendons et ce qui nous attend.

Après une petite demi-heure, nous découvrons notre campement pour la nuit. Il est composé d’une bonne dizaine de huttes en feuilles de palmier, c’est assez sommaire mais mignon et chacun a son intimité, tout à fait suffisant quand on pense que l’on se trouve dans un désert. Les douches et toilettes sont collectives, comme au camping. Malheureusement, je n’ai pas pris de photo de l’espace commun, très sympa également.

Il est également possible de faire du camping sauvage dans les Wahiba Sands mais nous n’avions jamais conduit dans le désert auparavant et nous ne savions pas si nous nous sentirions à l’aise seuls.

Après une rapide installation, nous repartons tous afin d’admirer le coucher du soleil depuis le haut des dunes. En chemin, nous faisons une petite halte auprès d’un éleveur de dromadaires qui est en train de nourrir ses bêtes.

Pour clore cette petite sortie, nous dégustons un café omanais (à la cardamone) et quelques dattes en cercle autour de notre guide. Il nous explique les coutumes liées au café (par exemple, lorsqu’on ne souhaite pas être resservi, il faut secouer la tasse), nous parle un peu de sa vie et de son pays. La conversation aborde notamment le Sultan Qabus (dont nous avons vu de nombreuses photos dans les rues des villes), actuellement en Allemagne pour des soins médicaux, qui a entrepris de grands efforts de modernisation du pays depuis les années 70.

Au dîner, un buffet avec un barbecue (au plus grand plaisir de Vincent), nous avons l’occasion d’échanger avec les autres touristes du camp (anglais, allemands et roumains) et notre hôte, notamment lors du thé pris autour du feu, sur un tapis, sous le ciel étoilé. Nous échangeons bien sur nos impressions sur le pays que nous sommes en train de visiter. C’est un moment agréable.

Au petit-déjeuner, nous goûtons le lait de dromadaire que l’on vient de traire devant nos yeux (en fait, ça n’a pas vraiment de goût). Après une douche rapide (car bien froide !), nous avons le droit à une petite balade à dos de dromadaires autour du camp. Je ne suis pas super fan de ce genre d’activités avec les animaux (de peur qu’ils ne soient pas bien traités) mais je dois avouer que c’est plutôt marrant. C’est assez impressionnant une fois là-haut, c’est haut tout de même ! Il faut aussi bien s’accrocher lorsque le dromadaire « s’assoit », pour nous faire descendre, au risque de passer par dessus. Heureusement nos guides ont l’habitude des newbies du dromadaire comme nous !

Après toutes ces émotions et découvertes, nous quittons les Wahiba Sands, seuls cette fois, à bord de notre 4×4 pour retourner à la civilisation. Vincent peut à nouveau conduire sur les dunes et nous sommes tous fiers de retrouver notre chemin comme des grands 😉 Prochain arrêt ? La ville de Nizwa !

4 réponses sur “Le sultanat d’Oman en une semaine #3 : le désert des Wahiba Sands”

  1. Bonjour, pourriez vous me donner votre contact ? Je pars à la fin du mois et je serai intéressé d’avoir un guide pou vivre la même expérience que vous ! Merci par avance !

    1. Bonjour Romain 🙂 Nous n’avions pas de guide pour l’ensemble du circuit, c’est simplement un membre de la famille du « Nomadic Desert Camp » qui s’est occupé de nous pendant notre nuit dans le désert. Vous pouvez les contacter par email (info@nomadicdesertcamp.com). J’espère que cela répond bien à votre question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *