Étant revenus à Mascate plus tôt que prévu,  dès la veille au soir, nous prenons la direction de la Grande Mosquée du Sultan Qaboos de bon matin.

Je suis vraiment ravie de pouvoir visiter cette gigantesque mosquée inaugurée assez récemment, en 2001. Sa visite est en effet conseillée dans tous les guides et blogs parlant d’Oman (il faut dire qu’il y a peu de monuments qui se visitent dans le pays !). Nous étions passés devant à notre arrivée, en sortant de l’aéroport, et avions pu apercevoir la grande coupole et les minarets.


La mosquée de Mascate est ouverte à tous entre 8 et 11h, tous les jours sauf le vendredi. L’entrée est gratuite. Tout est très clair, très grand, très sculpté, très impressionnant. On ne saurait utiliser trop de superlatifs pour la décrire ! Mais ce sont bien les décorations de la grande coupole qui ont ma préférence.

La salle de prière des hommes contient le plus grand tapis fait main du monde (oui, il fallait bien qu’ils casent un petit record pour attirer du monde…). L’audio-guide, payant lui, n’apporte vraiment rien du tout. C’est dommage, j’aurais aimé apprendre des choses sur la construction de la mosquée ou, plus largement, la religion musulmane (et notamment le courant ibadite pratiqué à Oman).

Nous prenons ensuite la direction de la plage de Al Seeb, à une trentaine de minutes de Mascate, c’est une grande plage de sable avec quelques palmiers. Les omanais n’ont pas tout à fait la même conception de la plage que nous, ils y roulent en 4×4 et viennent surtout en famille pour pique-niquer. Il n’est pas question de se baigner en maillot de bain 😉 Seuls quelques enfants se baignent. C’est tout de même très agréable de se balader les pieds dans l’eau.

Dans un petit restaurant, nous prenons un poisson frais grillé, accompagné de salade et de hummous, à emporter. Il y a de quoi manger pour bien plus que deux personnes ! C’est toujours épicé mais très bon. Nous mangeons face à la mer en regardant les 4×4 aller et venir sur la plage.

Nous rentrons ensuite à notre hôtel, Centara Muscat Hotel, pour profiter de la piscine du roof-top. Une pause au soleil bien méritée et pas désagréable ! En vérité, de nombreux occidentaux semblent avoir passé la journée entière allongés sur leur transat.

En fin de journée, nous prenons la direction du Royal Opera House Muscat où nous avons réservé deux places pour une soirée « The best of classical arab songs ». Il est aussi possible de visiter l’Opéra le matin, sans assister à un spectacle.

L’extérieur du bâtiment est déjà impressionnant, imposant et tout blanc, très moderne (il faut dire le bâtiment n’a ouvert qu’en 2011). Nous suivons le flux des spectateurs, bien habillés et impatients, du parking vers l’entrée. Il y a une sorte d’effervescence dans l’air.

Il est précisé lors de l’achat et sur les tickets qu’une tenue correcte est exigée. Pour les femmes, il est même spécifié : « Please note that local culture requires conservative dress ; so please, no exposed shoulders or short dress above the knees ». J’avoue que le choix de la robe ne fut pas des plus simples, dévergondée que je suis avec mes robes au-dessus du genoux ! 😀

La première cantatrice, Jahida Wehbe, est très charismatique et souriante. Entre chaque chanson, elle nous offre de petits monologues en arabe, nous sommes un peu perdus mais le public est très réceptif.

Paradoxalement, alors qu’une tenue correcte est exigée, l’ambiance est assez détendue, le public frappe dans les mains pendant certaines chansons, voire chantonne. Nous avons même le droit à la version arabe de « Non, je ne regrette rien » d’Edith Piaf. Il est juste dommage que la clim soit aussi forte, j’ai vraiment eu froid.

Nous profitons de l’entracte pour découvrir l’intérieur de l’Opéra. Rien à voir avec l’Opéra Garnier à Paris mais très raffiné aussi, avec de beaux escaliers en marbre et une grande hauteur sous plafond. Le plafond est d’ailleurs très beau, en bois (du teck de Birmanie) et feuilles d’or. Pas de coupes de champagne en vente, l’auditoire carbure au café semble-t-il !

Nous reprenons l’avion (toujours avec Oman Air) le lendemain matin, nous concluons notre dernière soirée en terres omanaises par un petit restaurant à proximité de l’Opéra.

Je dois quand même raconter notre dernière mésaventure en voiture. Alors que nous sommes en route pour l’aéroport, nous voyons des panneaux avec un petit picto avion dessus, nous les suivons donc. Nous nous faisons la réflexion que cette route est étrangement peu fréquentée. Au bout de quelques minutes, nous arrivons à une sorte de check-point où un homme mort de rire nous explique que cet aéroport n’est pas encore terminé 😀 Mais pourquoi mettre des panneaux sur la route dans ce cas ?! Oman nous aura joué des tours jusqu’au dernier moment.

Je publierai très prochainement un dernier article pour résumer notre itinéraire et nos conseils.

 

Une réponse sur “Le Sultanat d’Oman en une semaine #6 : une dernière journée à Mascate”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *