4 jours à Marrakech, entre souks animés et palais somptueux !

Ces 4 jours à Marrakech se sont décidés sur un coup de tête, histoire de fuir la grisaille nantaise quelques jours. Les vols coûtaient moins de 50€ par personne A/R, comment résister ?

Nous n’avions jamais été au Maroc et avions entendu du bon et du bon moins sur Marrakech : entre les arnaques en tout genre (vendeurs et taxis malhonnêtes) et le racket dans les ruelles de la médina, ça ne nous donnait pas vraiment envie ! Marrakech est une ville très touristique et je peux comprendre qu’elle soit trop oppressante pour certaines personnes (sollicitations à répétition, scooters omniprésents, négociations à tout bout de champ, etc.).

En y allant mi-décembre, nous avons passé un excellent séjour, sans problème, dépaysant et ensoleillé. Honnêtement, je me demande même pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de mettre les pieds au Maroc. J’ai vraiment adoré ces 4 jours à Marrakech et j’ai hâte de revenir découvrir le reste du pays !

Informations pratiques

Attention, une carte d’identité française ne suffit pas pour se rendre au Maroc. Il vous faut obligatoirement un passeport.

Où loger à Marrakech ?

Nous avons beaucoup aimé le quartier de la Kasbah où était situé notre riad. Si les petites ruelles n’étaient pas rassurantes à notre arrivée de nuit, nous avons finalement apprécié l’ambiance qui y règne, plus authentique que les souks à proximité de la place Jemaa-el-Fna . Grâce à cette localisation dans la vieille ville de Marrakech, nous avons pu nous déplacer exclusivement à pied afin de rejoindre les principaux sites touristiques.

Le riad où nous avons logé, le Riad Dar Aida, propose des espaces communs très agréables et joliment décorés. Dommage que certains invités parlent très fort en prenant leur petit-déj sans que le personnel n’intervienne car ça résonne beaucoup (#PasToucherÀMonSommeil 💀🙈). Notre chambre était spacieuse et la déco sympa mais un petit coup de peinture propre sur les murs n’aurait pas fait de mal ! Pour 50€ la nuit avec le petit-déj, c’était tout de même très bien.

Se rendre de l’aéroport à la médina

En suivant les conseils de notre riad, nous avons négocié et payé 100 dirhams pour un taxi.

Comme souvent, si les rabatteurs ne veulent pas baisser leur tarif, il suffit de s’éloigner un peu pour qu’ils vous rappellent en acceptant « exceptionnellement » de faire un geste. Après le parking à la sortie immédiate du terminal, il y a un immense parking où sont garés tous les taxis, il doit être possible de négocier à cet endroit aussi.

Il est généralement possible de s’arranger pour que votre hébergement vous envoie un taxi si vous ne souhaitez pas négocier à votre arrivée. Au retour, nous avons très facilement trouvé un taxi de la médina à l’aéroport pour 70 dirhams.

Le Palais El Badi

De cet ancien palais (construit au 16ème siècle), il reste surtout une grande esplanade composée de quatre jardins, emplis d’orangers, et entourée de hauts murs, où nichent les cigognes. On peut aussi découvrir une petite partie des sous-terrains qui permettaient aux serviteurs et aux esclaves de se déplacer dans le palais sans être vus.

Au terme de sa construction, le palais symbolisait la richesse et la puissance du sultan de l’époque. Malheureusement, par la suite ses joyaux (zelliges, marbres, jade, etc.) ont été pillés, sur ordre d’un autre sultan, et réemployés dans les grands palais impériaux de Meknès (autre dynastie, autre capitale).

La visite n’en reste pas moins intéressante, ce palais témoigne d’une époque faste, quand Marrakech était la capitale de l’Empire saadien. Et puis, c’est cool les cigognes !

Informations pratiques

  • Le coût d’entrée a fortement augmenté ces derniers mois, comptez désormais 70 dirhams (~7€). Dommage, c’est un peu cher !
  • À choisir, je conseille de visiter d’abord le palais El Badi puis le palais de la Bahia, mieux conservé.

Le palais de la Bahia

Situé à côté de l’agréable place des Ferblantiers (où nous passons presque tous les jours et que nous rebaptisons vite, faute de retenir le vrai nom, « place des farfadets » 😅), le palais de la Bahia mérite une visite. D’ailleurs, si je ne devais conseiller qu’une seule visite à Marrakech, se serait sans aucun doute ce palais très bien entretenu !

Construit à la fin du 19ème, bien après le Palais el Badi, il est bien mieux conservé. Les sculptures, les mosaïques (zelliges), les jardins, les plafonds, les portes… Tout y est magnifique ! Des salons, des riads luxuriants, de vastes cours, des jardins et même une école coranique s’enchaînent de manière à former une sorte de labyrinthe oriental. On se sent transporté dans un autre temps !

Pendant le protectorat français, le résident général français y avait installé ses appartements. Tu m’étonnes, il n’avait pas choisi l’endroit le plus laid ! Actuellement, une partie du palais reste privée et est parfois utilisée par la famille royale.

Informations pratiques

  • Comme pour le Palais El Badi, le tarif d’entrée a beaucoup augmenté récemment, comptez désormais 70 dirhams (~7€).
  • Un conseil pour visiter le Palais de la Bahia sereinement : venez tôt ! Vers 9h30, nous avons eu plusieurs cours et patios pour nous seuls, à 10h30 chaque recoin était envahi de visiteurs !
  • Palais El Badi ou Palais de la Bahia ? Bien que les deux sites soient incomparables, si vous devez choisir par manque de temps, je visiterais plutôt le palais de la Bahia.

Se promener dans les jardins à proximité de la Koutoubia

Il s’agit de la plus grande mosquée de Marrakech. Son imposant minaret domine la médina, et notamment la place Jemaa-el-Fna toute proche. La mosquée ne se visite pas (seuls les musulmans y ont accès) mais le jardin à proximité est agréable et permet d’admirer le minaret. Accompagné par l’odeur des orangers et le bruissement de l’eau dans les fontaines, vous pouvez y flâner ou vous reposer sur un banc, après vous être plongé dans le tumulte des souks.

Le Jardin Secret de Marrakech

Situé en pleine médina, le Jardin Secret est un véritable écrin de calme et de verdure. Il s’agit en fait de deux jardins à la suite. Le deuxième, plus grand et entouré de hauts murs, étant le plus impressionnant.

À nos yeux, l’élément le plus intéressant est le système d’irrigation du riad avec ses bassins et ses canaux. En effet, dès le 11ème siècle, des galeries souterraines acheminaient l’eau des montagnes de l’Atlas jusqu’aux mosquées, hammams et fontaines de Marrakech. Les riches demeures, comme celle du Jardin Secret, avaient également la chance d’être approvisionnées. Avoir l’eau « courante » était un véritable signe de richesse !

Informations pratiques

  • Le ticket d’entrée coûte 60 dirhams (~6€). À mon sens, c’est un peu cher, malgré l’évident effort de rénovation, la visite est assez rapide.
  • Si votre logement ne dispose pas d’un espace extérieur sympa, il peut être agréable d’y venir avec un livre (il y a aussi la wifi pour les plus geeks d’entre nous) quelques heures, profiter du calme qui y règne en plein cœur des souks. Il y a de nombreux bancs invitant à la flânerie.
  • La Tour du jardin offre paraît-il une vue dégagée sur la médina. Il faut ajouter 35 dirhams pour une visite (groupée, à des horaires précis).

Déambuler dans le souk, la multitude de ruelles et sur la place Jemaa-el-Fna

Si je n’ai pas pris beaucoup de photos des étals du souk et des petites ruelles, c’est pourtant l’activité qui nous a le plus occupée ! Nous marchons beaucoup au hasard, déambulant sans autre but que d’observer l’architecture et l’animation des rues. Nous achetons des dattes et des cacahuètes à des marchands de rue. Nous jetons un œil aux stands bien remplis des souks et observons un vendeur préparer son thé et nourrir les oiseaux. Nous évitons aussi les nombreuses motos qui passent à fond dans les ruelles étroites. Je m’émerveille devant chaque chat que l’on croise (et il y en a vraiment beaucoup à Marrakech).

De toute façon, nous finissons toujours plus ou moins rapidement par retomber sur la place Jemaa-el-Fna. D’ailleurs, parlons en de cette place dont on entend parler dès que l’on se renseigne un temps soi peu sur Marrakech !

Franchement, on ne peut pas dire qu’elle nous ait ébahi. Si l’agitation ambiante peut être amusante à regarder le temps de boire un thé en terrasse, je ne suis pas fan de toutes les activités proposées aux touristes avec plus ou moins de véhémence, et notamment des pauvres singes attachés par une chaîne, ni des multiples sollicitations pour une séance de henné (merci, non merci).

Informations pratiques

  • Attention aux personnes qui souhaitent vous « guider » dans les souks, elles ne sont pas toutes pleines de bonnes intentions. Refuser fermement nous a suffit à être tranquilles.
  • De même sur la place Jemaa-el-Fna, ne vous approchez pas trop des « animations ». Un singe se retrouve bien vite sur votre épaule et un dessin au henné sur votre main. Ensuite, il faut payer !

Le jardin Majorelle

C’est un peu l’incontournable à Marrakech ! Pourtant, ce n’est pas notre visite préférée. Même si nous passons un bon moment à parcourir les allées entourées de plantes exotiques (des cactus 😍) et à admirer les bâtiments Art Déco aux couleurs audacieuses, nous trouvons le jardin assez petit et fort touristique. J’imagine que la fraîcheur apportée par l’ombre des nombreux arbres est plus appréciée en saison chaude.

C’est le peintre français Jacques Majorelle qui est à l’origine de ce jardin luxuriant (d’où son nom, effectivement Sherlock !), qu’il ouvre au public dès 1947. Après sa mort au début des années 60, le jardin est laissé à l’abandon jusqu’à son rachat par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980. Ils le sauvent alors d’un projet de complexe hôtelier qui envisageait sa destruction.

Informations pratiques

  • Là encore, comptez 70 dirhams pour le jardin. Si vous souhaitez visiter le Musée berbère (situé dans l’enceinte du jardin), il faut ajouter 50 dirhams supplémentaires.
  • Il est tout à fait possible d’y venir à pied depuis la médina (c’est ce que nous avons d’ailleurs fait).
  • Attention, en haute saison, la queue à l’entrée est paraît-il très longue. Il vaut mieux venir tôt, voire réserver son billet en ligne.

Et parce que la bouffe, c’est important : où manger pendant ces 4 jours à Marrakech ?

  • Très proche de notre riad, le Café Clock est plutôt une adresse « stylée » avec une terrasse sympa à l’étage. Le restaurant propose des spectacles de musique ou danse traditionnelles (tous les soirs et plus particulièrement le samedi soir). Nous y avons bien mangé mais sans être ébahis non plus 😅
  • Nous avons testé quelques kebabs à proximité de notre hôtel, il y en a des très bons et des très moyens, c’est un peu au petit bonheur la chance mais les serveurs sont toujours souriants ! Si vous logez dans le coin et cherchez à faire simple un soir, voici notre préféré (il est de l’autre côté de la rue mais les photos sont les bonnes). N’hésitez pas à prendre à emporter pour manger à votre riad.
  • À proximité de la place Jemaa-el-Fna, nous sommes allés deux fois à El Bahja, Chez Ahmed, une adresse sans prétention où se mêlent locaux et touristes. Mention spéciale aux grillades et yaourts maisons !
  • Le Café Kif Kif offre une terrasse avec vue sur le minaret de la Koutoubia. L’endroit est très agréable et le trio de salades marocaines nous a séduit !

À l’inverse, nous vous déconseillons le Toubkal, sur la place Jemaa-el-Fna ! D’habitude, nous ne mangeons jamais sur les places ultra-touristiques mais les recommandations sur de nombreux forums ont eu raison de nous. C’était probablement notre repas le plus inintéressant au Maroc, fade et sans saveur !

Enfin, pour acheter des pâtisseries, nous vous conseillons la boulangerie pâtisserie en face de l’entrée de Tombeaux Saadiens (Boulangerie Mly Elyazid, d’après Google Maps).

Nous avions hésité à prendre part aux nombreuses excursions organisées depuis Marrakech (journée dans le désert ou au cascade d’Ouzoud) mais finalement nous louons une voiture pour passer une journée à Essaouira. Je vous raconte ça prochainement !

4 jours à Marrakech en vidéo

Une semaine à New York en été

Fin août, nous nous sommes envolés pour une semaine à New York, une semaine pour découvrir cette gigantesque ville aux 8,6 millions d’habitants, pour flâner à Central Park, déguster des bagels et autres « lobster rolls », se croire dans une série américaine, et ainsi de suite !

Une semaine à New York : quelques aspects pratiques

Ne pas oublier son ESTA avant de partir

Si vous êtes français, pas besoin de visa pour venir aux Etats-Unis, il suffit de faire une demande d’ESTA sur le site officiel. La démarche coûte 14$ et vous permet de rester 90 jours sur le territoire américain. Il s’obtient facilement et rapidement (sauf si vous êtes allé dans des pays tels que l’Iran récemment, il vous faudra alors faire un visa à l’ambassade).

Se loger à New York

Nous avons eu la chance d’être hébergés dans l’Upper East Side par nos amis Matthieu et Camille (encore merci à eux 🙏🙏🙏). En plus d’avoir eu la chance de passer du temps avec eux, cela nous a aussi permis une sacré économie !

Les hôtels (y compris les auberges de jeunesse) sont hors de prix à Manhattan. Certains conseillent donc de se loger à Long Island City (dans le Queens), notamment l’hôtel LIC (15-20 min de transport en commun de Times Square et Bryant Park). Si je devais retourner à New York, j’opterais probablement pour une chambre en Airbnb à Brooklyn : certains coins sont vraiment très sympas et les tarifs sont plus abordables ! Attention, la location de logement entier sur Airbnb étant interdite à New York, il est préférable de privilégier une chambre chez l’habitant.

Se déplacer à New York

Nous avons opté pour la metrocard illimitée 7 jours. Vendue 33$, cette carte peut être utilisée pour le métro et les bus. Prendre une carte de métro me semble vraiment pratique, les distances sont grandes à New York (le quartier de Brooklyn à lui seul équivaut à deux fois Paris intra-muros). L’application CityMapper est idéale pour savoir quelles lignes prendre d’un point A à un point B.

Depuis l’aéroport JFK, il est facile de se rendre jusqu’à son logement en transports en commun. Il faut utiliser le AirTrain, une navette qui se paye à la sortie (à la station Jamaica) : comptez 5$ de transport et 1$ pour la carte (vous pouvez la réutiliser au retour, conservez là). De là, vous pourrez prendre le métro pour vous rendre à votre destination.

Si nous ne l’avons pas fait, il est bien entendu possible d’utiliser les fameux taxis jaunes ainsi que les applications telles que Uber et Lyft.

Planning or not planning ?

N’ayant pas fait de planning, ni de vraie liste de choses à faire, tester ou goûter, nous décidons de nos balades au fur et à mesure, sans trop nous préoccuper de rater des choses ou de faire des allers / retours ! Si vous venez pour un temps court, je conseille de réfléchir (un minimum) en amont afin d’organiser vos visites par quartier et ne pas perdre trop de temps dans les transports.

Pour toute question, vous pouvez consulter le très réactif groupe Facebook « Bon plan voyage New York – Le groupe ».

Jour 1 – Samedi à New York

Jour 1 en bref

  • Les quais de Williamsburg dans Domino Park ❤
  • Déjeuner à la Smorgasburg Food Fair
  • Balade autour de Bedford Avenue
  • Rooftop de l’hôtel The William Vale pour l’apéro ❤
  • Dîner au Shake Shack de Madison Square Park

Nous débutons notre découverte de New York en longeant les quais à Williamsburg. Je suis un peu surprise de retrouver l’odeur de la mer tout en admirant la skyline des gratte-ciels de Manhattan, c’est comme si mes sens n’étaient pas accordés ! Nous observons l’activité des ferry et les nombreux new-yorkais qui profitent de leur samedi au Domino Park en bronzant sur l’herbe ou en jouant au volet.

Nous déjeunons à la food fair de Smorgasburg (tous les samedis de 11 à 18h). Il y a une centaine de stands très variés (homard, thaï, burgers, végétarien, tacos, bbq argentin, etc). Globalement, ça nous semble assez cher pour la quantité et il y a beaucoup (beaucoup) de monde. Toutefois, nous ne regrettons pas notre choix (stand bolivien), c’est très bon et nous profitons de la jolie vue sur Manhattan en mangeant. 

Nous nous baladons ensuite aux alentours de Bedford Avenue avec nos amis. Nous admirons les vitrines des petits magasins, les stands d’une sorte de vide grenier et les devantures des bars. Les bâtiments sont plus bas que dans Manhattan, les rues sont animées, l’ambiance est clairement jeune et bobo !

Nous nous installons ensuite au roof-top de l’hôtel The William Vale. Il est bien situé pour admirer le coucher du soleil sur Manhattan. Avec ses 22 étages, il surplombe le quartier offrant ainsi une superbe vue dégagée ! Si vous avez un petit budget : il est possible de venir voir la vue sans consommer (les ascenseurs vous amènent sur la terrasse où se trouvent les tables, il faut ensuite monter un escalier jusqu’au dernier étage). Attention, si vous arrivez juste avant le coucher du soleil, il faudra faire un peu la queue.

Changement de quartier pour terminer la soirée : nous retrouvons un ami de Vincent de passage à New York au Shake Shack du Madison Square Park. Le cadre est super sympa, c’est une sorte de mini guinguette dans un coin du parc. Niveau goût, on a trouvé ça plutôt bien pour un fastfood (il y a un burger végé), sans être renversés non plus !

Jour 2 – Dimanche à New York

Jour 2 en bref

  • Balade dans Greenwich Village ❤
  • Goûter à Magnolia Bakery
  • Déjeuner au Whole Foods Market
  • Balade dans Chinatown, Little Italy et NoLiTa
  • Shopping sur Canal Street
  • Fin de journée à Central Park

Nous commençons la matinée dans le quartier résidentiel de Greenwich Village. Nous y admirons de belles maisons individuelles dans les rues calmes et arborées. On ne se croirait plus vraiment à New York ! J’ai envie d’emménager tout de suite ! Si c’était historiquement un quartier bohème, hippie et artistique, la flambée des prix a peu à peu poussé les artistes (musiciens, peintres, écrivains, etc.) à se loger dans d’autres « boroughs » new-yorkais.

Nous profitons de la balade pour faire un arrêt à Magnolia Bakery, rendue célèbre par la série Sex and the City. Série que nous n’avons absolument jamais regardée, mais cela ne nous empêche pas de goûter deux cupcakes (à 3,95$ chacun) ! Je trouve la crème au chocolat et le gâteau à la carotte vraiment pas mal. Nos amis recommandent eux les cheesecakes et le banana pudding, il y en a donc pour tous les goûts !

Nous passons devant l’immeuble où habitent les héros dans la série Friends (les scènes se déroulant dans l’appartement ont été tournées en studio à Los Angeles). Rien de transcendant si vous n’êtes pas un grand fan de la série !

Nous déjeunons dans un Whole Foods Market, une chaîne de supermarchés bios. On y trouve de grands buffets en libre service (salade, légumes, viande) que l’on paye au poids. C’est assez pratique et ça coûte moins cher qu’un restaurant ! Dans celui-ci, il est possible de manger à l’étage au bord d’une grande baie vitrée.

Nous nous baladons ensuite dans Chinatown. Ce quartier nous rappelle soudain notre voyage en Asie du sud-est avec ses enseignes colorées, ses stands de fruits exotiques sur les trottoirs (miam, des dragon fruits 😍), ses petites boutiques de poisson séché, etc. Nous découvrons à Colombus Park, un véritable repère de personnes âgées qui jouent au cartes et discutent sur les bancs, le tout dans la cacophonie la plus totale puisque un homme chante (faux) au micro (très fort). C’est surprenant !

Le quartier de Little Italy semble être peu à peu « mangé » par Chinatown, nous voyons à peine quelques rues et pizzerias. Pas grand intérêt à mes yeux ! Finalement, dans ce coin, ma préférence va au quartier de NoLiTa (North of Little Italy) où nous voyons de nombreux glaciers, des petits cafés et magasins mignons. J’admire les vitrines de plusieurs galeries et boutiques de décoration dont je devine des prix hallucinants sans même avoir besoin d’y rentrer !

Nous remontons ensuite un bout de Broadway où nous découvrons des chaînes de magasins plus classiques (H&M, Levi’s, Zara) mais toujours de belles façades typiquement new-yorkaises, avec leurs escaliers de secours et les citernes en bois sur les toits. Cette rue est très animée, il y a énormément de monde, rien à voir avec le calme de Greenwich le matin même !

La fin de journée se passe à Central Park où nous retrouvons nos amis. Après un rapide passage par quelques lieux emblématiques du parc, nous nous posons à proximité des terrains de baseball où joue un groupe d’américains enthousiastes. Dès qu’une balle s’approche des personnes allongées sur l’herbe, ils s’écrient tous “Heads up” ! Je prie pour ne pas m’en prendre une dans la face…

Jour 3 – Lundi à New-York

Jour 3 en bref

  • Découverte du street-art à Bushwick (Brooklyn) ❤
  • Pause salée à base de bagel et grilled cheese
  • Balade autour de Wall Street
  • Ferry gratuit pour Staten Island ❤
  • Passage rapide dans Midtown (Grand Central et NY Public Library)

Notre journée démarre dans le quartier de Bushwick à Brooklyn, renommé pour ses belles œuvres de street-art. À la sortie du métro, nous sommes un peu déboussolés par les hangars et entrepôts. L’ambiance mi-résidentielle mi-industrielle est un peu surprenante ! Le quartier semble en pleine mutation. Les fresques du « Bushwick collective » sont toutefois impressionnantes et nombreuses, nous les découvrons à chaque coin de rue. Avant de reprendre le métro, nous prenons une petite collation à proximité de la station de métro (chez Hana Natural) : bagel œuf fromage et grilled cheese. C’est gras mais c’est bon !

Une fois rassasiés, direction financial district, le quartier des affaires situé à l’extrême sud de Manhattan, pour la suite de notre matinée ! Nous faisons dans le classique en passant par Wall Street (la bourse de New York) et le « charging bull », pris d’assaut par les touristes. Ce quartier composé de gratte-ciels modernes est très animé, nous croisons aussi bien d’autres touristes que des « business men » en costume sombre. De nombreuses personnes déjeunent sur les bancs dans les parcs.

Nous prenons ensuite le ferry pour Staten Island (gratuit, 25min aller, départ toutes les 30min). Cette « croisière » permet d’admirer la statue de la liberté à l’aller et la vue sur les gratte-ciels du sud de Manhattan au retour. Les voiliers et les mouettes viennent compléter le paysage. J’avais déjà fait ce tour il y a 10 ans lors de ma première visite à New York et en gardais un très bon souvenir, Vincent a adoré.

Avant de rentrer, nous passons par Midtown pour découvrir Grand Central Terminal et le bâtiment principal de la New York Public Library (situé à côté de Bryant Park). Dans ce quartier, les avenues rectilignes et sans fin se dessinent tout autour de nous. La gare centrale est une vraie fourmilière, que l’on reconnaît pour l’avoir vue dans de nombreux films. Devant l’oyster restaurant, nous nous amusons dans l’arche des murmures. La bibliothèque se visite gratuitement et mérite aussi un petit tour (notamment le hall d’entrée et la « Rose Main Reading Room »), ça change des buildings modernes et les décors sont dignes d’un film.

Jour 4 – Mardi à New-York

Jour 4 en bref

  • Téléphérique pour Roosevelt Island
  • Passage dans TriBeCa
  • Visite du musée du 11 septembre (gratuit le mardi après 17h)
  • Dîner au Bare Burgers ❤
  • Times Square de nuit ❤

Depuis l’appartement de nos amis, nous marchons jusqu’au téléphérique pour Roosevelt Island. Nous longeons la East River au milieu des new-yorkais qui font leur jogging ou promènent leurs chiens. En vérité, la balade serait vraiment sympa si elle n’était pas à proximité d’une route très passante (type périphérique).

Avec notre metrocard illimitée, nous pouvons faire l’aller-retour en téléphérique gratuitement. La traversée est assez rapide, elle nous offre de nouveaux points de vue sur les buildings, le pont métallique et la rivière en contrebas. Ce n’est pas incontournable mais ça reste sympa, surtout si comme nous vous logez non loin !

Depuis la station de métro Canal Street, nous descendons Broadway jusqu’au 9/11 Mémorial en passant par TriBeCa (Triangle Below Canal Street). Ancienne zone industrielle, c’est désormais un quartier résidentiel onéreux où habitent un bon nombre de personnalités américaines. En arrivant à Ground Zero, nous découvrons l’immense Oculus, un bâtiment à l’architecture futuriste faisant à la fois office de station de métro et de centre commercial. L’intérieur, tout aussi gigantesque, est très lumineux.

Nous faisons ensuite le tour des bassins du 9/11 Memorial. Personnellement, j’ai trouvé ce lieu de mémoire, accessible à tous, bien conçu : les deux bassins de couleur sombre sont positionnés à l’emplacement exact des tours. Les noms des victimes ont été gravés sur leurs côtés et l’eau au centre des bassins semble s’écouler sans fin vers les profondeurs.

Nous passons ensuite environ 2 heures au musée du 11 septembre. L’entrée coûte 26$ par adulte mais elle est gratuite le mardi après 17h. Attention, il n’est plus possible de prendre les tickets gratuits en ligne, je vous conseille de venir faire la queue dès 15h30. Nous avons attendu 40min pour un passage à 17h30. L’application permet de profiter de l’audio-guide gratuitement (8$ sinon). Il est facile d’y rester 4 heures, il y a beaucoup de choses à voir, les événements sont retracés minute par minute. Toutefois, le nombre élevé de visiteurs et la climatisation beaucoup (beaucoup) trop forte ont raison de nous !

Le musée permet évidemment d’en apprendre plus sur les victimes, une partie du musée leur est entièrement dédiée : portraits, biographies, effets personnels, etc. Tout au long de l’exposition, le travail, la réactivité et le dévouement des professionnels et volontaires (policiers, pompiers, médecins) sont mis en avant. Des débris des avions (carlingue), des camions de pompiers abîmés et calcinés, des morceaux des tours (piliers, amas de ferraille, escalier intact ayant permis à des survivants de s’échapper) sont aussi exposés.

Certains objets m’ont vraiment touché comme cette feuille de papier lancée par une fenêtre de la tour et portant l’inscription – brève mais effroyable – « 12 personnes coincées dans une salle du 85ème étage », ou la retranscription d’un message d’adieu d’un des passagers de l’avion à sa fille. J’ai vraiment apprécié la partie où des policiers et pompiers témoignent (en vidéo), j’aurais d’ailleurs aimé qu’il y ait plus de témoignages. À titre personnel, le côté « humain » m’intéresse plus que les faits historiques (que nous connaissons globalement tous pour un événement aussi récent).

Pour nous remettre de nos émotions, nous prenons la direction de Times Square et du Bareburger, cette chaîne de restaurants propose des ingrédients bio et la possibilité de faire son burger sur-mesure (idéal pour les reloues comme moi). Nous avons dû attendre un peu au bar pour avoir une table mais franchement nous avons très bien mangé, c’était copieux mais pas trop et la qualité nous a semblé au RDV.

Si nous sommes venus dîner dans ce quartier, c’est pour découvrir Times Square de nuit. Nous étions déjà passés en plein jour mais c’est vraiment plus impressionnant de nuit, avec toutes les lumières et les pubs. Nous restons un moment assis sur les marches d’un des coin de la place à admirer la foule en mouvement, les néons, les panneaux publicitaires démesurés, les écrans géants et l’agitation qui règnent sur cette place. Vincent se fait la réflexion que c’est plus petit que ce qu’il imaginait. Si ce n’est pas un endroit incroyable à mes yeux, ça reste marrant d’y passer !

Jour 5 – Mercredi à New-York

Jour 5 en bref

  • Retour dans Midtown Manhattan
  • Déjeuner au Chelsea Market (lobster rolls) ❤
  • Balade sur la High Line
  • Découverte de The Vessel

Nous commençons cette journée à Midtown Manhattan (oui, c’est illogique puisque nous étions déjà venus pour Grand Central Terminal et la NY Public Library mais on était trop fatigué pour tout faire ce jour là 😇). Nous nous baladons dans « Tudor City ». Il s’agit de quelques rues où le style des buildings semble être un savant mélange entre l’Angleterre victorienne et les Etats-Unis ! C’est parfait pour un petit changement de décor au milieu des gratte-ciels. Nous passons ensuite devant les classiques du quartier : le Chrysler building (aperçu dans le film Spider-Man), l’église Saint-Patrick et le Rockefeller Center.

Malheureusement, la pluie s’est invitée à New-York aujourd’hui. Nous décidons d’aller déjeuner à l’abris dans le Chelsea Market, cet espace fait à la fois office de food court, de centre commercial et d’immeuble de bureaux. À l’origine, c’était une usine de fabrication de biscuits. Nous dégustons avec bonheur notre premier lobster roll, quelle invention divine (et onéreuse) ! Nous prenons également des brownies chez FatWitch et faisons un peu de lèche-vitrine dans l’espace “Artists and fleas”.

Profitant d’une petite accalmie météorologique, nous empruntons la High Line jusqu’à The Vessel. Cette promenade est très similaire à la coulée verte de Paris, elle a été construite sur une ancienne voie de chemin de fer (servant pour le fret et mise hors service en 1980). C’est très agréable d’emprunter une voie piétonne qui se trouve à distance des voitures. Malheureusement, quelques parties sont au milieu des travaux en ce moment.

Nous découvrons ensuite la récente installation de The Vessel. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’architecture de ce monument aux 154 escaliers entrelacés intrigue ! J’ai trouvé l’endroit intéressant, amusant et assez photogénique. La vue n’a par contre rien de folichon (en tout cas, par un jour de petite pluie comme le notre). On aperçoit un dépôt ferroviaire et l’Hudson River d’un côté, quelques travaux, un centre commercial et un petit bout de l’Empire State Building de l’autre. La visite est gratuite (vous pouvez réserver un créneau en ligne environ 2 semaine avant).

Un peu lassés par la pluie, nous arrêtons là notre balade et rentrons nous reposer.

Jour 6 – Jeudi à New-York

Jour 6 en bref

  • Balade à Brooklyn Height
  • Déjeuner sur la terrasse du Time Out Market ❤
  • Traversée du Brooklyn Bridge
  • Montée au One World Trade Center ❤
  • Cookies de One Girl Cookies au goûter
  • Bières au Bryant Park avec nos amis

Yes, le soleil est revenu ! Nous nous baladons sur les quais à Brooklyn Heights, à proximité du Brooklyn Bridge, et profitons de la jolie vue sur le sud de Manhattan. Ça ressemble un peu à notre balade à Williamsburg le premier jour mais je trouve quand même que ça vaut le coup de faire les deux.

À midi, nous prenons un mac and cheese au Time Out Market, une sorte de food court new-yorkais très sympa. À noter pour la prochaine fois : « Buffalo » est une sauce épicée ! Nous testons aussi la chaîne Cookie Do dont nous ont parlé Camille et Matthieu. Nous mangeons donc une boule (servie comme une boule de glace) d’une sorte de pâte à cookie crue. Si je ne suis pas fan à la première bouchée, c’est tellement sucré que je finis par apprécier !

Nous traversons ensuite le pont de Brooklyn à pied. Vélos et piétons se partagent plus ou moins l’espace, c’est un peu « dangereux ». Une traversée de (très) bon matin est sûrement plus agréable, il doit y avoir moins de monde ! En fin de journée, on peut admirer le coucher de soleil sur Manhattan (dans le sens Brooklyn → Manhattan). Les vues sur les gratte-ciels de Manhattan sont sympas et le pont en lui-même est très impressionnant (1825m de long et 44m de haut, tout de même !). C’est l’un des plus anciens ponts suspendus des États-Unis, avant sa construction il fallait employer un ferry pour faire le trajet entre Manhattan et Brooklyn.

Nous continuons à pied jusqu’au One World Trade Observatory afin d’aller admirer le panorama sur New York du haut du 100ème étage. Le déroulé de la visite et les petites mises en scène (vidéo dans les ascenseurs, révélation en fanfare de la vue, etc.) me rappellent la Burj Kalifa à Dubaï. Mais ça en vaut vraiment la peine !

J’avais eu la chance de monter au Top of the Rock il y a 10 ans et je trouve que la vue est ici très différente : on prend plus conscience de l’importance de l’eau, des bateaux et des ponts dans la vie locale. Tout là haut, je réalise soudain à quel point la ville de New York a été construite sur des îles (que ça soit Manhattan ou Brooklyn).

Une fois en haut, nous goûtons les mini cookies de One Girl Cookies, achetés à proximité du Time Out Market plus tôt dans la journée (4 pour 3,5$). Ils sont très bons et nous donnons une mention spéciale à celui à l’amande et abricot.

Nous rejoignons ensuite nos amis pour boire un verre à Bryant Park. Des centaines de personne assistent à un cours de yoga en plein air dans le centre du parc : on se croirait dans un film ! Fun fact : le bar extérieur où nous buvons une bière n’en ayant pas, je dois utiliser les toilettes publiques du parc, quelle n’est pas ma surprise de découvrir un bâtiment historique super propre avec petite musique jazzy ! On aura tout vu 😂

Jour 7 – Vendredi à New-York

Jour 7 en bref

  • Footing à Central Park
  • Lèche-vitrine sur Broadway
  • Passage au Flatiron
  • Goûter à Dough Doughtnuts ❤

Avant de passer le week-end avec nos amis en dehors de New York (dans le parc des Catskills au Nord de New York), nous passons une dernière journée plus tranquille.

Tout d’abord, nous nous baladons dans l’Upper East Side où nous logeons, jusqu’à Central Park où Vincent fait un petit footing. Pour ma part, je bouquine sur un banc entourée de petits écureuils qui se promènent. Ils ne sont pas farouches !

Nous faisons ensuite un peu de lèche-vitrines de Union Square à Madison Square sur Broadway et la 5ème avenue. Nous voyons notamment le Flatiron Building, le mythique immeuble de bureaux connu pour son étrange forme triangulaire, et goûtons deux délicieux doughnuts à Dough.

En bref, une dernière journée plus calme !

Que faire de plus à New York ?

Honnêtement, la ville est gigantesque ! Même en une semaine, nous n’avons pas fait tout ce que j’avais en tête… J’aurais vraiment aimé passer une demi journée à Rockaway Beach (la plage 😍) et découvrir l’incontournable Ellis Island, mais aussi assister à une messe gospel, regarder un film en plein air à Central Park (uniquement l’été), découvrir l’architecture du Guggenheim Museum, faire une balade à Harlem, goûter aux fameux cookies de Levain Bakery, tester une des piscines extérieurs (gratuites), boire un verre dans un speakeasy (les fameux bars cachés), découvrir l’université de Columbia, faire une croisière en bateau au coucher du soleil, tester un brunch new-yorkais et pourquoi pas un des nombreux musées. Bref, il y a de quoi faire !

La splendide cité impériale de Hué au centre du Vietnam

Dès notre arrivée dans le centre touristique, nous sommes agréablement surpris par la ville de Hué. Je ne l’imaginais pas si grande (plus de 300 000 habitants), ni si vivante avec des petites boutiques et des cafés mignons à tous les coins de rue. Nous n’échapperons toutefois pas au trafic chaotique et aux nombreux klaxons ; nous sommes bien au Vietnam, il n’y a pas de doute !

Continuer la lecture de « La splendide cité impériale de Hué au centre du Vietnam »