Nous avons débuté notre road-trip en van un dimanche matin de Mai, en pleine forme et sous un beau soleil. Notre point de départ ? Mâcon, c’est là que nous avons emprunté le van aux parents de Vincent. Nos objectifs ? Avant tout, éviter la pluie (bien présente dans le Sud de la France cette semaine là) et découvrir ce nouveau mode de voyage. En route !

Au total, nous avons parcouru environ 1000 km, sans jamais prendre l’auto-route. Nous avons traversé un sacré paquet de villages et suivi une partie de la route des vins d’Alsace. Nos principales étapes ont été Beaune, Besançon, le Ballon d’Alsace, Riquewhir, Nancy, Contrexéville et Cluny.

Pour trouver des endroits où dormir, nous avons utilisé l’application Park4night.

Beaune et son Hôtel-Dieu

Nous trouvons par hasard, juste à côté du parc de la Bouzaise, un petit spot sympa où nous garons le van et déjeunons.  Le parking étant gratuit, nous restons là et partons découvrir la ville à pied. Au moment de ranger notre déjeuner, j’oublie la table de camping (toute neuve) repliée à côté du van. Coup de chance : elle est toujours là quand nous revenons quelques heures plus tard ! #LesBoulets

Nous commençons par nous balader au hasard des rues. Nous tombons rapidement sur la Basilique Notre-Dame de Beaune avec ses grandes arches à l’extérieur. La ville est très mignonne.

Nous visitons ensuite les hospices de Beaune (7,50€ / personne) qui font la renommée de la ville. Nous admirons les magnifiques toitures aux tuiles colorées et écoutons l’audio-guide pour en savoir plus sur l’histoire du lieu et ses vignobles. Nous sommes arrivés en tout début d’après-midi et il n’y avait pas trop de visiteurs, c’était agréable.

Notre ami Google nous ayant parlé d’une petite balade à faire, nous partons ensuite en direction du village de Pernand-Vergelesses. Comme nous ne sommes pas fichus de suivre un balisage correctement (#LesBouletsBis), nous ne faisons pas exactement le circuit prévu mais c’est tout de même très sympa de se promener au milieu des vignes. Le village en lui-même est mignon avec le toit de l’église aux tuiles colorées, les lavoirs et les glycines fleuries.

Pour notre première nuit dans le van, nous suivons les indications de l’application Park4night et nous rendons aux abords du lac de Grigny. Quelques groupes sont encore là en fin de journée pour pique-niquer ou faire des barbecues, nous regardons le ciel prendre des couleurs rosées à mesure que le soleil se couche.

À la découverte de Besançon

Après cette première nuit et un petit-déjeuner à côté d’une famille de camping-caristes allemands arrivée pendant la nuit, nous repartons tranquillement en direction de Besançon. Nous prenons notre temps, évitant l’autoroute et nous arrêtant de temps à autre.

Besançon est une très bonne découverte ! J’ai vraiment aimé cette ville à taille humaine et le parc sous la citadelle au bord du Doubs, où tout le monde flânait sur l’herbe. Sans grande originalité, nous nous baladons en suivant l’un des parcours conseillés par l’Office du tourisme (le circuit intitulé « Battant »).

Dormir en ville n’étant pas très pratique, nous suivons à nouveau les conseils de Park4night et longeons le Doubs jusqu’à un petit spot au bord d’une piste cyclable.

En haut du Ballon d’Alsace

Pour cette troisième journée, nous décidons de rester dans la nature et faisons monter le van en haut du Ballon d’Alsace où nous croisons de très nombreux cyclistes courageux (ou fous ?).

Nous profitons un moment de la vue et jouons avec la neige qu’il reste sur l’un des versants avant de redescendre profiter du lac d’Alfeld. Nous y pique-niquons et en faisons finalement le tour à pied, ce n’est pas très long. Certaines personnes se baignent ou pêchent dans le lac.

Un peu au hasard, nous nous arrêtons au village coloré de Thann et nous promenons une petite heure. La toiture de la cathédrale m’impressionne beaucoup et la balade le long de la rivière est agréable.

Nous rejoignons ensuite le camping de Riquewhir ; il est temps de prendre une douche et de recharger les batteries de nos appareils électroniques ! Le van dispose d’une glacière (reliée à une batterie), de l’eau courante (avec une pompe électrique et un réservoir à remplir) et de deux plaques de cuisson (au gaz) mais nous n’avons ni toilettes ni douche et pas de panneau solaire (nous ne pouvons donc recharger nos appareils qu’en roulant). Une pause dans un camping de temps en temps est donc bienvenue ! Toutefois, je n’ai pas trouvé que celui-ci mérite d’y rester plus d’une nuit (on est très proche de nos voisins d’emplacement).

Riquewihr et la ballade des chapelles

Nous découvrons Riquewihr de bon matin. Nous faisons le tour de la vieille ville en une grosse heure. Nous flânons au milieu des maisons typiques alsaciennes, colorées, bien entretenues et très fleuries.

À choisir, je crois avoir préféré la ville de Colmar découverte avec des amis il y a quelques mois, il m’a semblé y avoir une « vraie » vie, Riquewihr semblant uniquement touristique. Il faut reconnaître que le village est très photogénique.

Nous prenons un peu de hauteur et mangeons au milieu des vignes avec vue sur la ville. C’est super agréable, la vue est dégagée et nous ne ne croisons que quelques randonneurs et le petit train de la ville qui passe par ici !

Afin d’éviter l’orage qui menace, nous partons en direction de Dauendorf, tout proche de la frontière où nous décidons de suivre, un peu par hasard, le sentier des chapelles. C’est une balade vraiment toute simple, sans attrait particulier si ce n’est la vue sur la vallée à son point de départ, mais elle nous permet de voir un daim passer au milieu du chemin et de trouver notre emplacement du soir, au pied d’une petite chapelle donc.

Art Nouveau à Nancy

Réveillés sous l’orage, nous prenons rapidement la route en direction de Nancy. Nous pensons nous arrêter au château de Lunéville mais il est fermé pour cause de travaux, manque de chance !

Nous arrivons à garer le van à moins de 500m de la place Stanislas (merci les parkings gratuits les jours fériés) et partons à la recherche d’un restaurant sous une petite pluie. Nous mangeons un burger avant de retourner faire une sieste dans le van ; c’est assez marrant de voir passer les gens sur le trottoir à quelques centimètres alors que l’on se sent comme dans notre appartement à l’intérieur.

Le soleil est de retour ; nous partons enfin nous balader dans la jolie ville de Nancy. Nous parcourons bien entendu la place Stanislas mais nous avons aussi découvert de superbes portes et façades de style Art Nouveau.

Le soir, nous profitons d’un joli coucher de soleil. Ce sera au final notre nuit la plus fraîche de la semaine mais tout se passe bien, nous commençons à être habitués à ces nuits au milieu de nul part.

Balade et lecture au lac de Contrexéville

Réveillés par un groupe de randonneurs du troisième âge, nous partons, comme eux, découvrir les ruines du site de la Mothe en Bassigny à côté de notre emplacement. Finalement, nous sommes un peu déçus, l’histoire du lieu est intéressante mais il ne reste absolument rien à voir.

Nous partons donc en direction de Contrexéville où nous avons repéré un lac. Après en avoir fait le tour, nous nous installons pour glandouiller quelques heures. Il y a beaucoup de pêcheurs, des pédalos et même une piscine sur le lac (malheureusement, la saison n’est pas encore commencée).

Notre spot du soir est peut-être mon préféré de la semaine (en dehors de l’aspect compliqué des toilettes), nous nous trouvons une sorte de petit ponton privatif d’où nous voyons passer les cygnes. C’est tranquille et nous savons que c’est notre dernière nuit dans le van, nous en profitons.

Cluny et les vignobles du Mâconnais

Pour notre dernière journée, nous découvrons la cité médiévale de Cluny. La ville est surtout renommée pour son Abbaye, qui avait une influence colossale au Moyen-Âge, toutefois nous ne la visitons pas. Nous n’avons pas beaucoup de temps et les visites au pas de course, ce n’est pas trop notre truc ; on reviendra !

Nous prenons tout de même le temps de nous balader dans les rues, d’admirer l’architecture des maisons et de boire un verre à la table d’une terrasse trop mignonne.

Si nous sommes un peu pressés c’est que nous avons réservé la veille une visite de vignoble pour la fin d’après-midi (7€ / personne en utilisant le site Vinizos).

On nous a parlé du métier de vigneron, expliqué quel entretien est fait sur les vignes à quelle période de l’année, à quoi correspondent les indications sur les étiquettes des bouteilles, etc. C’est très intéressant quand on y connait rien comme nous ! Ensuite, nous dégustons plusieurs vins du Mâconnais et finissions par ramener une bouteille aux parents de Vincent pour les remercier de nous avoir prêté le van !

Et alors, repartirons-nous faire un road-trip en van ?

Oui, cette première expérience nous a clairement donné envie de réitérer ce type de voyage. Et pourquoi pas même d’avoir notre propre van un jour ? Dans ce cas, je suis presque sûre que nous opterions pour un van plus haut de plafond où l’on puisse se tenir debout (faire la vaisselle courbé en deux, c’est vraiment pas la joie).

Le fait d’avoir sa « maison » avec soi, c’est vraiment pratique. On peut emporter pas mal de choses, et donc voyager de manière assez confortable finalement, tout en ayant une grande liberté de mouvement. Pouvoir dormir dans des endroits isolés, comme seuls au monde, c’est aussi hyper sympa.

C’est un mode de voyage que j’envisage pour des week-ends ou des courtes périodes (1 mois maximum), je ne suis pas sûre que je serais capable de voyager de la sorte sur le long terme. Subir une semaine de pluie en étant dans un van me paraît vraiment pénible et contraignant.

Pour en savoir plus sur l’aménagement et les voyages en van, je vous conseille de suivre Three_vanlifers ou SauteDansLeVan sur Instagram. Les vidéos de WildWildWheels font rêver également !

Vidéo de notre road-trip en van dans le Grand Est

Une réponse sur “Road-trip en van dans l’Est de la France”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.