À l’occasion d’un long week-end de Mai, nous repartons en van sur les routes de France, pour un petit road-trip en Auvergne. Le van (un Ducato L1H1 de 97) ne nous appartient pas, nous l’empruntons aux parents de Vincent (merci à eux 🙏) à Mâcon et devons donc faire débuter notre road-trip là-bas.

Comme l’année dernière, une seule contrainte : aller où il fait beau afin de profiter de la nature. Ce sera l’Auvergne et ses volcans ! Notre périple nous mènera donc sur les routes du Puy-de-Dôme, du Cantal et de la Haute-Loire : nous passons Clermont-Ferrand, descendons jusqu’à Bort-les-Orgues et prenons la direction du Puy en Velay.

Nous avions initialement prévu 5 jours et demi dans la région. Malheureusement, notre road-trip s’avère plus court que prévu suite à une panne sur le parking de l’Intermarché de la petite ville de Saint-Flour 🤦‍♀️Pour être honnête, il nous aurait de toute façon fallu au moins deux semaines pour voir tout ce que nous aurions aimé… Ce premier aperçu nous aura au moins donné envie de revenir !

En Auvergne, on randonne la journée et on déguste du fromage à l’apéro, que demander de plus ? Les belles routes, avec leurs nombreux virages, entourées de prairies d’où vous regardent passer les vaches, sont propices à un road-trip. Entre deux volcans, véritables symboles de la région, on découvre des lacs ou de petits villages bien entretenus. Ces quatre jours nous ont conquis ! Vous pouvez découvrir notre boucle sur Google Maps (et voici, grosso modo, la boucle que nous avions prévue de faire à l’origine).

Informations pratiques

Comme l’année dernière, nous utilisons principalement l’application Park4Night pour trouver nos emplacements pour la nuit. Je détaille tous les spots au fur et à mesure de l’article, il est toutefois totalement possible de venir en voiture et de réserver des hébergements « classiques », selon les goûts de chacun.

La ville de Thiers

Après une première étape peu intéressante au lac des sapins (trop aménagé à notre goût), nous nous arrêtons finalement dans la ville haute de Thiers, construite en haut d’un éperon rocheux. Nous nous baladons dans les rues pentues du centre historique pour admirer les maisons à pans de bois. Nous comprenons rapidement que cette cité médiévale est réputée pour ses couteaux, elle se revendique carrément « capitale internationale de la coutellerie » (rien que ça !).

En suivant les indications de Park4night, nous passons notre première nuit juste à côté de Thiers, au milieu des champs. C’est un bon spot, à plat et au calme à l’écart de la route. Nous voyons seulement passer quelques personnes qui promènent leurs chiens. Pendant la nuit, un C15 est venu se garer à nos côtés, nous le découvrons au réveil.

Saint-Saturnin et le lac d’Aydat

Alors que nous prenons la direction du Puy de la Vache, notre itinéraire nous fait passer par Saint Saturnin (une commune de moins de 2000 habitants). Malgré le temps maussade, l’endroit est tout mignon avec de jolies maisons bien entretenues et des parterres fleuris. Nous passons devant le château qui se targue d’avoir accueilli Catherine de Médicis (originaire d’Auvergne et Reine de France pour ceux qui n’auraient pas bien retenu leurs cours d’histoire). Nous visitons aussi l’église, apparemment typique de l’art roman auvergnat (en vrai, on a surtout aimé pouvoir descendre dans la crypte).

Nous faisons ensuite notre pause déjeuner au bord du lac d’Aydat. Il s’agit du plus grand lac naturel d’Auvergne ; il s’est formé lorsqu’une coulée de lave venue des volcans voisins l’a séparé de la rivière de la Veyre. Les randonnées avaient l’air sympas mais le temps ne nous permet pas vraiment d’en profiter, nous nous contentons de manger sur la rive en compagnie d’un canard curieux.

Le Puy de la Vache et de Lassolas

Nous voilà enfin dans le vif du sujet avec notre premier volcan d’Auvergne ! En fait, ce sont deux volcans, les plus jeunes de la chaîne des Puys (plus de 8500 ans tout de même). Nous partons pour une petite randonnée d’environ 2h (en comptant les pauses photos et goûter). La montée est un peu raide avec les escaliers mais ça reste tout à fait accessible !

Les paysages sont très jolis, entre les arbres à perte de vue, les couleurs rougeoyantes de la terre et les petites bruyères jaunes. Malheureusement, le site est un peu trop fréquenté à notre goût (familles et groupes de randonneurs). Je n’ose pas imaginer en été, ça doit être la cohue !

Le château de Val et Bort-les-Orgues

Nous passons la nuit à proximité du château de Val, en bordure de la Dordogne, près d’une sorte de petite plage (un panneau indique qu’il est interdit de se baigner) et d’un ponton pour les bâteaux. En fin de journée, le soleil revient et nous profitons de ce spot très agréable, admirant la vue sur le château et les eaux bleues de la rivière.

Le lendemain, nous décidons d’aller voir ce château médiéval de plus près. S’il est désormais sur une petite île, ça n’a pas toujours été le cas. Dans les années 40, la famille qui y vivait a été expropriée en vue de l’inondation de la vallée pour le barrage de Bort-les-Orgues. Finalement, la hauteur de l’engloutissement a été revue à la baisse et le château a survécu !

Nous arrivons en même temps qu’un énorme groupe de motards (nous en croiserons d’ailleurs tout au long de notre road-trip en Auvergne). Ils envahissent le parking et nous découragent de nous approcher du château (6,50€ la visite / adulte). Heureusement, nous avisons un petit sentier au bout du parking et décidons de le suivre. En une vingtaine de minutes, nous arrivons à un joli point de vue sur le château. Nous admirons ses quatre tourelles rondes et son reflet dans l’eau bleue.

Nous passons ensuite à Bort-les-Orgues, une petite ville sans grand intérêt (pardon mais c’est notre impression en tout cas) où nous déjeunons en terrasse pour goûter la fameuse truffade auvergnate !

Le village de Salers

En chemin, nous nous arrêtons dans une ferme pour acheter du cantal et du salers à une petite dame très dynamique. Après la truffade à midi, nous allons nous transformer en fromage sur pattes !

Nous nous baladons ensuite dans Salers (moins de 350 habitants) avec ses façades en pierre volcanique noire. Ce village, parmi les « plus beaux villages de France », me rappelle étrangement Guérande et ses nombreux visiteurs (principalement âgés, il faut bien le dire). Il faut dire que le village est très bien conservé avec de vieilles demeures à tous les coins de rue : des maisons à tourelles, des remparts, des fontaines, des toitures en ardoises arrondies comme on voit partout depuis le début de notre road-trip…

Le Puy Violent

Seconde randonnée de notre road-trip, nous jetons notre dévolu sur le Puy Violent. Rien que l’ascension en van pour arriver au point de départ vaut la peine, les paysages sont magnifiques. Ça nous rappelle le Kirghizisthan !

Nous croisons quelques vaches, des salers reconnaissables à leur couleur rouge. Nous admirons de superbes panoramas tout le long de la randonnée et particulièrement une fois au sommet, sur le roc Labro, le puy Mary et le roc des Ombres. Nous nous partageons l’endroit avec un autre couple et un parapentiste, c’est très tranquille.

Pour cette troisième nuit, nous jetons notre dévolu sur le camping municipal Le Claux ; il est temps de prendre une bonne douche chaude ! C’est du basique (il n’y a pas d’emplacement et le terrain est loin d’être plat 🤔) mais les tarifs sont très avantageux et nous sommes juste à côte du Puy Mary.

Le Puy Mary et le Puy de la Tourte

Motivés, nous arrivons au Puy Mary de bon matin (selon nous, soit environ 10h) sous un temps radieux ! Stupeur : le parking est déjà presque plein et nous voyons de nombreuses personnes (telles des petites fourmis) gravir le puy Mary. Ni une, ni deux, nous changeons nos plans et nous attaquons au Puy de la Tourte juste à côté. Nous sommes ravis, il y a très peu de monde sur ce sentier et la boucle est magnifique !

Nous suivons un petit sentier bordé de temps à autres par de jolies jonquilles et même de la neige ! Sur notre droite, nous admirons le Puy Mary, partiellement enneigé lui aussi. En contre-bas, le panorama est très impressionnant. Arrivés au point culminant de cette randonnée, nous subissons quelques attaques de moucherons (c’est agressif ces petites bêtes !), le temps de décider du chemin à suivre. Alors que nous approchons du parking, je vois même un serpent !

Après cette superbe matinée, nous prenons notre déjeuner au bord d’un petit ruisseau surmonté d’un joli pont en pierre. C’est trop mignon, nous restons là un petit moment à profiter du soleil avant de reprendre la route.

La cascade des Veyrines

La fan des cascades que je suis ne résiste pas à faire un petit crochet par la cascade des Veyrines. Celle-ci est accessible très facilement, à moins de 5 minutes de marche de la route, elle est pourtant entourée d’un écrin de verdure. C’est une jolie cascade qui me rappelle le plateau des Bolovens au Laos. Dommage, nous ne sommes pas seuls et plusieurs personnes se baignent malgré le panneau « Baignade interdite ».

Non loin, nous nous arrêtons en bord de route, intrigués par un panneau « chaos basaltique ». Nous y trouvons une sorte d’amas de pierres basaltiques, au pied d’un piton rocheux, témoignant de l’activité volcanique de la région. Et pour le coup, il n’y a pas un chat ! Ce qui est surprenant c’est que les environs sont composés de prairies verdoyantes ; cet amas rocheux est inattendu. Le sentier de découverte n’est pas très bien entretenu, nous n’en parcourons qu’une petite partie.

Comme je l’expliquais en début d’article, nous tombons ensuite en panne sur le parking d’un supermarché et sommes contraints de passer la nuit là avant de mettre un terme à notre road-trip en Auvergne. Heureux hasard, la « fête des forains » se tient à Saint Flour et nous assistons à un feu d’artifice depuis notre parking (bon, nous entendons aussi la musique jusqu’à 2h du matin). Rien de grave finalement, le père de Vincent a déjà réparé le van !

Informations pratiques

À l’exception des billets de train Paris – Mâcon, nos dépenses pour ce road-trip en Auvergne sont assez restreintes. Nos principaux postes de dépense sont l’essence et la nourriture. Nous n’avons payé qu’une nuit en camping (10€ pour un « camping-car », deux personnes et l’électricité). Les lieux que nous avons visité sont tous gratuits.

Nous pensions poursuivre notre road-trip en Auvergne avec le Viaduc de Garabit (de Gustave Eiffel) et les gorges de la Truyères ainsi que le coin du Puy en Velay, avant de remonter sur Mâcon en passant par Saint-Étienne. Nous reviendrons une prochaine fois finir la boucle et ne pouvons que vous conseiller de découvrir ce coin de la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *